Aurillac: il agressait sexuellement sa nièce de 7 ans, le pédophile explique avoir agi à cause du "stress"

Aurillac: il agressait sexuellement sa nièce de 7 ans, le pédophile explique avoir agi à cause du "stress"

Publié le 11/06/2017 à 11:23 - Mise à jour à 11:24
© Philippe Huguen / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Un trentenaire a été condamné à deux ans de prison ferme par le tribunal correctionnel d'Aurillac pour des agressions sexuelles sur sa nièce de 7 ans. A la barre, il a même maladroitement reconnu des faits plus graves que ceux de son acte d'accusation.

Le trentenaire a reconnu les faits. Il en a même avoué plus à la barre que ce pour quoi il était poursuivi. Un homme comparaissait devant le tribunal correctionnel d'Aurillac pour des attouchements sexuels sur sa nièce.

L'enfant, âgé de 7 ans au moment des faits il y a deux ans, a subi des sévices sexuels de la part de son oncle, qui avait nié les gestes dans un premier temps. Avant de finalement admettre devant l'évidence les gestes coupables sur la fillette. Et d'en rajouter au cours de l'audience.

D'après les échanges rapportés par le quotidien local La Montagne le samedi 10, l'homme qui comparaissait sans avocat a lâché pour se défendre et essayer de se dédouaner: "La pénétration, ce n’est arrivé qu’une fois". Une phrase qui a jeté le malaise sur la cour. L'homme n'était en effet pas poursuivi pour "viol" devant une cour d'assises mais uniquement pour "agression sexuelle" devant un tribunal correctionnel. Un aveu qui pèsera lourd dans la sentence qui sera rendue.

D'autant que le pédophile, qui refuse cette qualification, se laisse aller à une justification pour le moins douteuse de ses actes, plus graves que prévus. Comment en effet explique-t-il les actes sexuels commis sur une enfant s'il n'est pas pédophile? "Le stress", avant de rajouter "peut-être le désir, mais je ne suis pas porté sur les enfants!"

Le procureur n'épargnera pas l'accusé dans ses conclusions: "C’est un pédophile, un pédophile qui s’est révélé avec cette enfant". Considérant le casier judiciaire vierge de l'accusé, il ne requiert que 18 mois de prison dont six ferme.

Mais le juge ne l'entend pas de cette oreille. Considérant sans doute que la place de l'accusé aurait pu être devant un jury populaire, la cour va finalement condamner l'accusé à quatre ans de prison, dont deux ferme, avec interdiction de rentrer en contact avec la victime et obligation de soins.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L'homme a avoué maladroitement avoir commis un viol alors qu'il n'est jugé "que" pour agression sexuelle.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-