Austin Jones, star de YouTube, demandait des vidéos pédopornographiques à ses jeunes fans

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Austin Jones, star de YouTube, demandait des vidéos pédopornographiques à ses jeunes fans

Publié le 16/06/2017 à 11:59 - Mise à jour à 12:13
©Capture d'écran YouTube
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Un youtubeur américain, Austin Jones, a reconnu devant la police avoir utilisé de sa renommée sur le site de partage de vidéos pour obtenir des images à caractère pornographique de la part de ses jeunes fans.

Il était une des stars de YouTube avec plus de 500.000 abonnés sur sa chaîne. Austin Joines, un jeune chanteur de 24 ans a été arrêté par la police à l’aéroport O'Hare de Chicago alors qu’il rentrait d’un concert en Pologne. Il est accusé d’avoir sollicité et détenu des images pédopornographiques entre 2016 et 2017.

L'artiste demandait en effet à ses jeunes admiratrices de lui envoyer des photos d’elles à caractère sexuel, au prétexte de lui prouver qu’elles étaient vraiment fans. Il leur indiquait aussi les tenues qu’elles devaient porter ou ce qu’elles devaient dire et faire dans leurs vidéos. "Elles ont dû mimer des actes sexuels alors qu’elles avaient 14 ou 15 ans. Il demandait ensuite à ce qu’elles envoient ces images via Facebook ou iMessage", précise le Chicago Tribune. Le quotidien indique en outre que sur certaines images, les jeunes victimes ont été incitées à dire leur âge tout en se claquant les fesses. Et d'ajouter qu'Austin Jones a convaincu les jeunes filles par le biais du chantage via des conversations sur les réseaux sociaux: "Je veux juste t'aider. Je sais que tu essayes de ton mieux de me montrer que tu es ma plus grande fan, je ne veux pas avoir à chercher quelqu'un d'autre".

Austin Jones a avoué "avoir reçu ces vidéos, les avoir regardées et s'être masturbé devant", selon un document de la justice de Chicago dévoilé mardi. Il risque jusqu'à quinze ans de prison.

En 2015, le jeune chanteur s’était déjà retrouvé au cœur d’une polémique pour avoir demandé à des fans de lui adresser des vidéos les montrant en train de twerker, une danse au déhanché plus que suggestif. Une pétition avait tourné ensuite afin d'annuler l'un de ses concerts.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Austin Jones a convaincu les jeunes filles par le biais du chantage via des conversations sur les réseaux sociaux.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-