Australie: les pieds d'un baigneur dévorés par des puces de mer, tout savoir sur ces créatures (vidéo)

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Australie: les pieds d'un baigneur dévorés par des puces de mer, tout savoir sur ces créatures (vidéo)

Publié le 08/08/2017 à 10:26 - Mise à jour à 11:06
©Capture d'écran YouTube/ @The Promoter
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Dans la banlieue de Melbourne (Australie), début août, un adolescent de 16 ans s'est retrouvé en sang après avoir fait trempette dans l'eau. Ses pieds et ses chevilles ont été picorés par des puces de mer, des petites créatures qui se nourrissent parfois de chair.

Le moment de détente a viré au cauchemar. Dans la banlieue de Melbourne (Australie) début août, un adolescent de 16 ans a terminé à l'hôpital après avoir fait trempette à la plage. En sortant de l'eau, le jeune garçon s'est rendu compte qu'il y avait quelque chose d'anormal sur lui. "J’ai d’abord vu ce que je pensais être du sable sur mes jambes, (…) puis en allant mettre mes tongs, j’ai regardé mes pieds et j’ai vu que j’avais du sang partout sur mes chevilles", a-t-il rapporté au site australien ABC.

Loin d'être paniqué, le jeune homme est alors rentré chez lui pour prendre une douche mais le sang continuait de couler. C'est à ce moment là qu'il a remarqué des centaines de petits trous de la taille d'une tête d'épingle sur ses pieds et chevilles. A l'hôpital, les scientifiques ont émis plusieurs hypothèses mais personne ne savait réellement ce qu'il avait. Alors pour trouver des réponses à ses questions, le père du jeune garçon s'est rendu la nuit suivante sur la même plage muni de viande rouge. Et il a réussi à capturer les petites créatures à l'origine des blessures de son fils. 

Et la vidéo prise par le père de famille a permis l'identification de ces bestioles: il s'agirait donc de puces de mer (aussi appelées talitres) et plus particulièrement de lysianassids. Ce sont des petits crustacés longs d'environ un centimètre qui se nourrissent généralement d'algues et éventuellement d’autres matières organiques et débris. Généralement situés aux bords des plages, elles craignent le soleil et s'enterrent le plus souvent dans le sable. Elles arrivent à respirer sous l'eau.

"Ils ne sont pas là pour nous manger, mais il peut arriver qu'ils essaient de se servir un peu, comme les moustiques, les sangsues ou d'autres espèces présentes dans la nature", a déclaré à l'AFP Jeff Weir, le directeur exécutif du Dolphin Research Institute. Ce dernier avait déjà vécu une expérience similaire 40 ans plus tôt: il avait eu des égratignures sur le front après une plongée sous-marine, probablement provoquées par les mêmes bestioles. 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Ces petites bêtes se nourrissent d'algues et éventuellement d’autres matières organiques et débris, rejetées par la mer.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-