L'autiste sous curatelle agresse sexuellement son petit frère, il demande des soins

L'autiste sous curatelle agresse sexuellement son petit frère, il demande des soins

Publié le 04/07/2018 à 17:44 - Mise à jour à 17:49
© Brendan Smialowski / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Le tribunal correctionnel de Béthune a dû juger une affaire délicate, une agression sexuelle entre frères. L'aîné, auteur des faits, est atteint d'autisme et sous curatelle renforcée, en demande de soins pour lutter contre ses pulsions.

A la barre l'affaire est sordide. Mais dans le box des accusés du tribunal correctionnel, l'accusé est également atypique et son cas pose visiblement un problème complexe aux magistrats chargés de le juger. La Voix du Nord rapporte ce mercredi 4 le procès d'un homme, désigné comme "A.B.", poursuivi pour avoir agressé sexuellement son petit frère dans le courant de l'année 2015. Mais "A.B." est un jeune homme souffrant d'autisme et de troubles phobo-obsessionnels l'ayant amené à être placé sous curatelle renforcée.

L'affaire a été jugée la semaine dernière par le tribunal correctionnel de Béthune. L'accusé a reconnu les faits qui se déroulent en 2015. Un week-end sur deux, le jeune homme se rend chez son père à Barlin, dans le Pas-de-Calais. Là, dormant dans la même chambre que son petit frère, il impose à ce dernier des actes sexuels qui peuvent s'apparenter à un viol. Mais pour éviter le traumatisme d'un procès d'assises, les faits ont été requalifiés.

Détail glauque: l'homme avait déjà été condamné pour des agressions sexuelles sur son petit frère. Le père et la belle-mère sachant cela, ils ont tenté de prévenir la récidive en installant… un baby-phone pour surveiller la chambre. Mais l'accusé a réussi à déjouer le dispositif en augmentant le volume de la télévision. Quant à la victime, elle se retenait d'appeler à l'aide pour ne pas embarrasser son frère agresseur déjà sous le coup d'une condamnation.

Voir aussi - Levallois-Perret: une orpheline passe une semaine avec le cadavre de son frère

L'accusé semble regretter sincèrement les faits. C'est lui qui se dénoncera auprès d'un éducateur de son institut médico-éducatif. Il reconnait sans difficulté ses actes à la barre et explique vouloir suivre un traitement pour contrôler ce qu'il explique être des pulsions irrésistibles.

Face à cette situation difficile, le juge a admis que la place de l'accusé n'était peut-être pas en prison. L'homme a été condamné à deux ans de prison ferme, mais sans mandat de dépôt. Ce sera donc à un juge d'application des peines de décider d'un éventuel aménagement de peine. Mais la cour a surtout prononcé un suivi socio-judiciaire pendant cinq ans couplé à une injonction de soins.

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L'accusé avait déjà abusé sexuellement de son frère.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-