Avalanche à Tignes: le bilan définitif est de quatre morts, dont trois membres d'une même famille

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Avalanche à Tignes: le bilan définitif est de quatre morts, dont trois membres d'une même famille

Publié le 13/02/2017 à 19:59 - Mise à jour à 20:05
©Denis Balibouse/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

L'avalanche de Tignes qui a emporté un groupe de skieurs lundi a finalement provoqué la mort de quatre personnes. Un père de famille, deux enfants et le moniteur qui les accompagnait ont perdu la vie.

En pleines vacances, trois touristes et leur moniteur de surf ont perdu la vie à Tignes (Savoie) dans l'avalanche la plus meurtrière depuis le début de la saison, ont indiqué les autorités après d'ultimes vérifications sur la composition du groupe.

"Le bilan définitif est de quatre victimes", a déclaré à l'AFP le sous-préfet d'Albertville, Nicolas Martrenchard, en annonçant la levée des recherches entreprises depuis la matinée.

De premières informations avaient laissé craindre un bilan beaucoup plus lourd, les secours évoquant un groupe de huit personnes accompagnées d'un moniteur. Mais seules quatre victimes décédées étaient rapidement sorties de la coulée.

D'ultimes vérifications ont porté sur une cinquième personne qui se trouvait avec le groupe "quelques minutes avant le drame" et qui était censée attendre les autres au bas de la piste.

"Au cours de son audition par les CRS, cet adolescent nous a confirmé la certitude que la catastrophe n'a fait que quatre victimes", a ajouté le sous-préfet.

La confusion initiale sur la composition du groupe serait due à une double prise en compte des inscriptions à cette sortie, sur internet et via le moniteur.

Les quatre morts, des surfeurs de nationalité française habitués de la station qui "cheminaient" à pied quand ils ont été emportés par une plaque à vent, étaient un père de famille de 48 ans, son fils de 15 ans, le demi-frère de ce dernier âgé de 19 ans, ainsi que leur moniteur de 59 ans.

Ils étaient tous porteurs d'un équipement de détection de victime d'avalanche. "Ils avaient déjà emprunté ce hors-piste plus tôt et ils voulaient le faire une deuxième fois", selon les secours.

Les recherches ont mobilisé une centaine de personnes - pisteurs, moniteurs, CRS - aidés de chiens et d'hélicoptères en raison d’une importante épaisseur de neige.

La coulée, spectaculaire, s'est produite sur environ 400 mètres sur le secteur hors-piste de la Tovière, à quelques dizaines de mètres seulement des remontées mécaniques. C'est le personnel de la station qui a donné l'alerte à 10H35.

Une ou plusieurs plaques à vent se sont décrochées à la suite du passage du groupe.

Lundi, le risque d'avalanche était de 3 sur une échelle de cinq. Qualifié de "marqué" par Météo-France, ce niveau prévient que des avalanches sont "possibles parfois même par faible surcharge et dans de nombreuses pentes".

C'est le plus grave accident survenu depuis le début de la saison de ski, qui a démarré tardivement cette année en raison d'un manque de neige avant la mi-janvier.

Depuis novembre, il y avait eu jusqu'alors 13 accidents d'avalanche dans les Alpes et les Pyrénées, qui ont fait au total trois morts, selon un décompte de l'Association nationale pour l'étude de la neige et des avalanches (Anena).

La saison dernière, il y avait eu 45 accidents en France faisant au total 21 morts. L'avalanche la plus meurtrière remonte au 18 janvier 2016, quand onze militaires avaient été emportés lors d'un entraînement sur une piste de Valfréjus (Savoie). Cinq avaient été tués sur le coup et un sixième était décédé quelques jours plus tard.

La plus grave des dix dernières années s'est produite en été, en 2012, dans le massif du Mont-Blanc avec neuf morts et neuf blessés légers au Mont Maudit.

Tignes-Val d'Isère est une des plus importantes stations de ski des Alpes françaises dont le point culminant est situé à 3.456 mètres. Située dans le massif de la Vanoise, elle propose 480 hectares de piste balisées pour environ 80 remontées mécaniques, et 3.200 hectares hors-pistes.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Il s'agit de l'avalanche la plus meurtrière depuis le début de la saison hivernale.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-