Aveyron: un retraité avoue le meurtre à coups de barre de fer du président d'un club équestre, le mobile reste inconnu

Aveyron: un retraité avoue le meurtre à coups de barre de fer du président d'un club équestre, le mobile reste inconnu

Publié le 31/03/2017 à 10:32 - Mise à jour à 10:47
©Martin Le Roy/Flickr
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Lundi, le président d'un club équestre d'une commune de l'Aveyron a été retrouvé mort, le crâne défoncé par une barre de fer. Mardi, un suspect membre du club a été placé en garde à vue. Il a reconnu les faits.

L'enquête a été rapidement menée mais le mobile apparaît encore trouble. Christian Espié, un retraité âgé de 64 ans a reconnu être l'auteur du meurtre qui a stupéfait la paisible commune de La Capelle-Balaguier, dans le département de l'Aveyron. Lundi 27, Thomas Latorre, 73 ans, président d'une association équestre spécialisée dans les calèches, avait été retrouvé mort, la tête défoncée à coups de barre de fer. Il gisait dans son hacienda.

Ce lundi là, l'association tenait une réunion importante dans son bureau pour préparer l'un de ses principaux événements de l'année. Les membres, inquiets de ne pas voir leur président, envoie deux membres de l'association à son domicile dont… Christian Espié. La mort du président de l'association constatée, les gendarmes interviennent rapidement. Et c'est un technicien d'identification criminelle dépêché sur les lieux qui aura suffisamment l'œil pour constater, le lendemain du meurtre, qu'un vêtement de Christian Espié est tâché par une trace de sang qui s'avèrera être celui de de Thomas Latorre.

Le suspect est alors placé en garde à vue et avouera avoir tué la malheureuse victime. Mais le mobile qui a pu pousser cet ancien employé communal à exercer une telle violence sur Thomas Latorre est encore bien flou. Les enquêteurs expliquent qu'il n'existait a priori pas de contentieux personnel ou financier entre les deux hommes, mais que l'agresseur était suivi psychologiquement car jugé "fragile". Il a d'ailleurs déjà exprimé des regrets et a déclaré devant le juge des libertés et de la détention qu'il acceptait son incarcération tant qu'il restait près de sa famille.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les gendarmes ont rapidement bouclé l'enquête, mais n'ont pas découvert le mobile.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-