Avignon: la police n'enlève pas le cadavre de la voisine, l'odeur se répand

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Avignon: la police n'enlève pas le cadavre de la voisine, l'odeur se répand

Publié le 04/07/2018 à 12:41 - Mise à jour à 12:49
©Alfred/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

A Avignon, la police n'a pas eu les moyens logistiques de faire lever le corps d'une femme retrouvée morte chez elle dimanche soir au milieu des ordures. Les habitants ont dû cohabiter avec un cadavre se décomposant en pleine chaleur et l'odeur a envahi tout le bâtiment. Un enfant a été hospitalisé.

C'est un imbroglio technique et policier qui a une conséquence particulièrement macabre: des habitants d'Avignon ont dû supporter l'odeur pestilentielle d'un cadavre d'une voisine retrouvée morte dans un appartement. Les autorités annonçaient ne pas pouvoir lever le jour même, pour des raisons "techniques".

Les faits, rapportés par Le Dauphiné libéré, débutent il y a quelques jours après la mort (à une date non définie), a priori naturelle d'une résidente d'un immeuble du 5 de la rue Giuseppe verdi dans la cité papale. Le cadavre est découvert dimanche 1er, les riverains étant incommodés par l'odeur. Les policiers forcent alors la porte et découvrent la malheureuse gisant au milieu d'une masse importante de déchets ménagers.

Problème: les forces de l'ordre ne vont pas ôter le corps et vont se contenter de calfeutrer les ouvertures du logement avec du ruban adhésif. Lundi 2 au soir, toujours rien n'avait bougé. Interrogé par le journal, le patron du commissariat d'Avignon explique que "l’intérieur de l’appartement pose problème pour extraire le corps. Il y a des difficultés techniques. Ce n’est pas parce que l’on ne veut pas l’extraire, mais il y a un protocole à respecter". Et la seule entreprise capable d'effectuer la manœuvre n'était pas disponible avant lundi soir.

Lire aussi - Calais: le cadavre décomposé d'une femme découvert dans un sac de sport

Or, le cadavre, lui, a continué de se décomposer en pleine chaleur toute la journée de lundi. Et c'est une odeur pestilentielle qui s'est répandu dans le bâtiment.

Dans la nuit de dimanche à lundi, la puanteur était telle que deux habitants, un adulte et un enfant, ont été sérieusement incommodés. Le plus jeune a même dû être transporté à l'hôpital, pris de vomissements.

Ce n'est qu'au petit matin du mardi 3 que le corps a finalement été enlevé. Mais, toujours selon Le Dauphiné libéré, une puanteur envahissait encore le hall d'entrée de l'immeuble mercredi 3… alors que la femme était décédée au troisième étage.

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le cadavre n'a pas été levé par la police le jour de sa découverte.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-