Bangladesh: "l'homme arbre", Abul Bajandar, va bientôt sortir de l'hôpital

Bangladesh: "l'homme arbre", Abul Bajandar, va bientôt sortir de l'hôpital

Publié le 08/01/2017 à 16:21 - Mise à jour à 16:40
©Munir Uz Zaman/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Atteint depuis l'âge de quatre ans d’épidermodysplasie verruciforme, Abul Bajandar a subi 16 opérations pour se débarrasser de ses verrues aux allures d'écorce sur les mains et les pieds. Surnommé "l'homme arbre", il devrait sortir très prochainement de l'hôpital et mener à nouveau une vie normale.

Après avoir subi 16 opérations, Abul Bajandar pourra bientôt sortir de l'hôpital et mener à nouveau une vie normale. Ce Bangladais de 27 ans, surnommé "l'homme arbre", est atteint depuis l'âge de quatre ans d’épidermodysplasie verruciforme, connue également sous le nom de Lewandowsky-Lutz. Cette maladie de peau, surnommée ainsi en raison des verrues en formes d'écorces qui recouvrent les mains et les pieds du malade, ne touche que trois personnes dans le monde d'après le Medical College Hospital (DMCH) de Dacca, la capitale du Bangladesh.

L'un d'eux, qui n'est autre qu'Abus Bajandar, s'est récemment fait opéré après plusieurs années de souffrance. "Le traitement de Bajandar constitue un tournant pour l’histoire des sciences médicales. Nous l’avons opéré au moins 16 fois pour lui retirer ses verrues", a déclaré le Dr Samanta Lal Sen, coordinateur de la chirurgie plastique au Dhaka Medical College Hospital. Et d'ajouter: "ses mains et ses pieds sont presque guéris. Il pourra sortir dans les 30 prochains jours, après une série d’opérations mineures pour améliorer la forme de ses mains".

Visiblement ravie d'en avoir fini avec ce calvaire (du moins il l'espère), ce père de famille s'est exprimé pour la première fois depuis son lit d'hôpital. "Je croyais que je ne pourrais jamais porter mon enfant", a-t-il ainsi déclaré précisant qu'il se "sens beaucoup mieux". "Je peux tenir ma fille sur mes genoux et jouer avec elle. J'ai hâte de rentrer à la maison", a-t-il ajouté.  Originaire du district de Khulna (sud), il espère désormais ouvrir un petit commerce grâce aux dons qui lui sont parvenus. Car le jeune homme avait dû abandonner son activité de vélo pousse en raison des racines (de 5 à 7 cm) qui se trouvaient sur ses extrémités. 

En 2008, un villageois indonésien, Dede Koswara, s'était déjà fait opérer pour la même maladie. Des excroissances lui poussaient sur tous le corps et même le visage, à tel point qu'il ne pouvait plus se nourrir seul ni se déplacer. Emu par un reportage sur sa personne, le président indonésien lui avait envoyé les meilleurs médecins. Cinq kilos d'excroissances, soit 95% de ses verrues, lui avaient alors été retirées. Elles n'ont malheureusement pas tardé à revenir et l'homme doit régulièrement se faire réopérer. 

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Abul Bajandar pourra bientôt sortir de l’hôpital.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-