Cigarettes de contrebande, cocktails Molotov et passage à tabac: règlement de compte à la station Barbès

Cigarettes de contrebande, cocktails Molotov et passage à tabac: règlement de compte à la station Barbès

Publié le 27/08/2017 à 13:03 - Mise à jour à 13:06
© Geoffroy Van der Hasselt / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Un règlement de comptes entre vendeurs de cigarettes à la sauvette a éclaté vendredi soir à la station Barbès, dans le XVIIIe arrondissement de Paris. Un concurrent expulsé par les autres vendeurs est venu se venger en lançant des cocktails Molotov. Lors de son interpellation, ses cibles s’en sont prises à lui.

La station de métro Barbès (XVIIIe arrondissement) a été le théâtre d’un règlement de comptes violent entre vendeurs de cigarettes à la sauvette, vendredi 25 au soir, révèle BFMTV. Une rixe qui a vu le jet de cocktails Molotov et a nécessité une intervention musclée des forces de l’ordre, également prises à partie. L’homme qui serait à l’origine de ces violences a été interpellé.

Les faits ont débuté avec l’arrivé d’Omar, 36 ans, vendeur de cigarettes de contrebande de son Etat. Originaire du Nord, il s’est invité vendredi sur le marché clandestin qui se tient autour de la station Barbès. Ce qui n’a pas plus à ses concurrents déjà présents sur place et qui l’auraient expulsé sans ménagement.

Le dénommé Omar serait revenu un peu plus tard, équipé de cocktails Molotov qu’il n’aurait pas hésité à lancé depuis l’étage de la station vers les autres vendeurs installés boulevard de la Chapelle. Une situation qui a bien sûr provoqué l’intervention des forces de l’ordre.

Sur les images de vidéosurveillance diffusées par Le Parisien, on peut nettement voir un homme enflammer une bouteille. Mais les policiers arrivent alors, l’arme au poing. Mis en joue, l’agresseur jette alors son projectile sur les voies et se rend. Mais c’est alors qu’intervient un autre déchaînement de violence. Une trentaine d’hommes, principalement des vendeurs à la sauvette selon le quotidien, se sont jeté sur le suspect pour le rouer de coups. Les policiers ont dû user de gaz lacrymogène pour s’extraire de la zone et placer le vendeur nordiste en garde à vue. Aucun blessé n’est à déplorer.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les policiers ont pu interpeller l'homme mais ont ensuite été pris à partie.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-