Barrage de Sivens: une trentaine de zadistes ont réinvesti le site

Barrage de Sivens: une trentaine de zadistes ont réinvesti le site

Publié le 11/05/2015 à 12:02 - Mise à jour à 12:06
©Régis Duvignau/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): MM
-A +A

Une trentaine de zadistes ont réinvesti ce lundi matin pendant près de trois heures le site du projet de barrage de Sivens (Tarn), avant d’être expulsés par les gendarmes sans affrontements.

Alors que les derniers zadistes qui occupaient le site du barrage de Sivens avaient été évacués le 6 mars dernier par les forces de l'ordre, une trentaine de militants écologistes ont brièvement réinvesti les lieux ce lundi matin avec la volonté affichée de lancer une opération de nettoyage.

Arrivés sur les lieux vers 7h30, les zadistes ont nettoyé une partie des nombreux déchets qui restaient sur le site de la ZAD (pour "zone à défendre") après leur départ malgré les opérations de nettoyage effectués par des sociétés privées. "Nous, quand on part, on a pour habitude de nettoyer la zone. Mais nous n'en avons pas eu le temps car on nous a expulsés", expliquait un membre du collectif d'occupants "Tant qu'il y aura des bouilles".

Une heure après l'arrivée des militants, un groupe de gendarmes mobile est arrivé sur les lieux pour leur signifier qu'ils "violaient des arrêtés préfectoraux". Les zadistes ont quitté l'ancienne ZAD vers 11h dans le calme et sans violence.

L'opération visait aussi à prouver que les militants restent vigilants face à toute velléité de relancer un projet de retenue d'eau sur le site, après l'abandon du plan initial par le Conseil général du Tarn.

Thierry Carcenac, président du Conseil général, a opté pour une version allégée du barrage qui doit être construit à Sivens. Le réservoir d'eau verra donc sa capacité réduite de moitié par rapport au projet initial, soit 750.000 m3.

Cette nouvelle retenue d'eau qui a recueilli les faveurs du Conseil général devrait épargner 7 hectares de zones humides, soit un peu plus de la moitié de la surface qui devait normalement disparaître. Elle devrait être située quelque 330 mètres en amont du site initial, suivant ainsi l'une des deux recommandations faites par des experts mandatés par la ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal.

 

Auteur(s): MM

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La ZAD de Sivens est inoccupée depuis le 6 mars.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-