Bas-Rhin: près de 70 bovins tués par un gaz toxique

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Bas-Rhin: près de 70 bovins tués par un gaz toxique

Publié le 24/10/2017 à 12:47 - Mise à jour à 12:54
© Damien MEYER / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Plusieurs dizaines de bovins sont morts dans une ferme du Bas-Rhin, lundi, victime d'émanations toxiques. Une grande quantité de produits chimiques aurait été mélangée sur place à des excréments d'animaux, produisant un gaz mortel.

La réaction chimique a été fatale à plusieurs dizaines de bête. Quelque 70 bovins sont morts après avoir inhalé un gaz toxique, dans une ferme située près de Wissembourg (Bas-Rhin), dans la soirée de lundi 23. Le propriétaire de l'exploitation a également été légèrement intoxiqué et conduit à l'hôpital mais ses jours ne seraient pas en danger selon Les Dernières nouvelles d'Alsace.

L'incident serait dû à un mélange hasardeux d'engrais chimique et naturelle. Quelque 15.000 litres de sulfate d'amonium -produit utilisé notamment dans l'agriculture pour acidifier les sols- auraient en effet été déversés dans une cuve de lisier, (engrais naturel composé d'excrément d'animaux et de débris de fourrage). Le mélange des deux aurait produit de l'hydrogène sulfuré, un gaz nocif dont les effets selon la concentration peuvent aller de la simple odeur incommodante à l'asphyxie en passant par l'irritation des yeux et de l'appareil respiratoire et la perte de connaissance.

Une trentaine de pompiers et gendarmes ont dû intervenir sur place. Mais il était trop tard pour la majorité des bêtes. Ce sont 63 d'entre elles qui auraient été tuées selon un premier décompte. Seul une vingtaine ont survécu à l'incident. La situation a nécessité le confinement pendant plusieurs heures d'une dizaine d'habitants des environs.

Si les causes de l'incident semblent donc connues, une enquête a tout de même été ouverte par les gendarmes. Ceux-ci devraient bénéficier dans les prochains jours des résultats d'autopsies pratiquées par les services vétérinaires sur les bovins décédés.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Seule une vingtaine de bêtes a survécu.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-