Bébé décapité pendant l'accouchement: la mère témoigne et continue le combat

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Bébé décapité pendant l'accouchement: la mère témoigne et continue le combat

Publié le 27/09/2018 à 19:39 - Mise à jour à 19:40
© ALAIN JULIEN / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

La Britannique dont le bébé est mort pendant l'accouchement et a été décapité a livré son histoire à la BBC. Elle se bat désormais pour que la loi sur le statut des bébés à naître change. Son médecin n'a pas été radié, et elle n'a pas pu porter plainte comme elle le souhaitait l'enfant n'ayant jamais était une personne "vivante" au sens juridique.

L'affaire a fait le tour du monde. Celle d'un bébé décapité pendant l'accouchement au Royaume-Uni, le médecin ayant préféré poursuivre dans la voie de naturel plutôt que de recourir à une césarienne.

Plus de quatre ans après les faits, survenus en mars 2014, la mère a raconté à la BBC ces terribles heures, durant lesquelles l'horreur ne s'est pas limitée à la perte de son enfant. Elle avait en effet appris à son réveil non seulement que le foetus avait été décapité pendant l'intervention, mais que sa tête se trouvait encore dans son utérus et qu'elle allait donc devoir subir une césarienne pour la retirer.

Laura se rappelle ainsi de la douleur malgré laquelle son médecin continuait de lui dire de pousser: "Je n'arrêtais pas de me dire que quelque chose n'allait pas". Après 25 minutes très difficiles, "j'ai senti un pop", raconte-t-elle. Le sentiment que le bébé était enfin sorti puis le chaos dans la pièce jusqu'à ce qu'elle soit endormie.

A son réveil, son obstétricienne lui a présenté ses excuses pour la perte de son bébé. "Je lui ai dit que je lui pardonnais car à ce moment je n'avais aucune idée de ce qui s'était passé", témoigne-t-elle.

Voir: Bébé décapité pendant l'accouchement: le médecin suspendu mais pas radié

Elle subira une césarienne afin qu'un médecin puisse "réparer", selon ses propres mots, son bébé. "Mon fils était toujours en moi mais son corps reposait sur une table". Après cette opération, elle pourra ainsi le voir et l'embrasser même s'il "n'était pas comme il aurait dû être".

L'enquête médicale a conclu que l'obstétricienne, confrontée à une suite de complications, avait commis une faute en n'optant pas pour la césarienne, et que c'est cela qui avait provoqué la décapitation. Le bébé serait cependant mort avant ce moment, et la praticienne n'a donc pas été jugée responsable du décès. Elle a pu continuer à exercer.

L'enfant mort in-utero n'ayant donc jamais "vécu" au sens légal du terme, la justice pénale a refusé d'instruire l'affaire comme un meurtre ou un accident ayant entraîné la mort d'une personne. Pour Laura "c'est comme  si on me disait que mon fils n'a jamais existé". Pourtant elle a bien un certificat de décès, et les cendres de l'enfant, à l'intérieur d'un ours en peluche bleu. Elle milite désormais pour un changement de la loi sur l'existence juridique des bébés à naître.

Lire aussi:

Bébé décapité pendant l'accouchement: la médecin continuera d'exercer

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le bébé est mort-né avant d'être décapité. Le médecin n'a donc pas été radié ni poursuivi pour meurtre.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-