Bébé décapité pendant l'accouchement: le médecin suspendu mais pas radié

Bébé décapité pendant l'accouchement: le médecin suspendu mais pas radié

Publié le 05/06/2018 à 19:22 - Mise à jour à 19:28
© Ornella LAMBERTI / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

Un tribunal médical britannique a retenu lundi la faute d'une obstétricienne après qu'un bébé a été décapité durant l'accouchement en 2014. Confronté à de multiples complications, ce médecin avait décidé de tirer sur les jambes du fœtus au lieu de pratiquer une césarienne.

Le tribunal médical basé à Manchester s'est prononcé lundi 4 dans l'affaire du bébé décapité lors d'un accouchement dans un hôpital de Dundee (Ecosse).

L'obstétricienne en charge lorsque cet horrible drame s'est produit a été suspendue et pourrait écoper d'autres sanctions dont la radiation. Ses pairs ont en effet considéré qu'elle avait commis une faute en choisissant la mauvaise technique de délivrance. Toutefois, ils ont aussi jugé qu'elle n'avait pas "tué" le nouveau né.

Selon ce jugement relayé par le Guardian, c'est la décision du docteur Vaishnavy Vilvanathan Laxman de procéder à une délivrance par voie vaginale, malgré la forte opposition de la mère, qui a causé cette situation.

Voir: Un bébé décapité pendant l'accouchement, la médecin réfute toute faute

Si le tribunal médical a retenu "une suite d'évènements dont a résulté la décapitation du bébé", il a aussi jugé que "sans l'erreur de jugement du Dr. Vilvanathan Laxman, la décapitation n'aurait pas eu lieu".

Plusieurs complications se sont en effet succédé ce jour de mars 2014. Le bébé est né les pieds devant et présentait un prolapsus du cordon ombilical (il précède le fœtus et l'apport en oxygène peut donc être "bouché"). Le bébé affichait également un rythme cardiaque faible.

Face à cette situation d'urgence, l'obstétricienne a demandé à la mère de continuer à pousser malgré sa douleur et le fait que son col n'était dilaté qu'à quatre centimètres (contre 10 dans une situation optimale). Elle a également attrapé les jambes du bébé pour le tirer. Mais son cou a cédé et seul le corps a pu être extrait, l'a tête demeurant dans l'utérus de la mère.

Pour le tribunal "la seule voie appropriée dans ces circonstances était une césarienne qui aurait été le mode de délivrance le plus rapide" tandis que le risque de "piégeage de la tête aurait inévitablement retardé la naissance". Il confirme que la décapitation résulte "très probablement" de la force de traction exercée sur le bébé, mais aussi que celui-ci était déjà mort à ce moment.

Ce n'est qu'après la décapitation que la césarienne a été pratiquée pour récupérer la tête. Elle a été recousue afin que la mère puisse tenir son enfant mort-né quelques instants.

Le tribunal médical doit désormais se prononcer sur une éventuelle radiation définitive de l'ordre des médecins. La mère, elle, a déclaré qu'elle ne pardonnerait "jamais".

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le tribunal médical britannique a considéré que l'obstétricienne était responsable de la décapitation du bébé.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-