Bébé mort après avoir ingéré de la vitamine D: ce que l'on sait

Bébé mort après avoir ingéré de la vitamine D: ce que l'on sait

Publié le 03/01/2017 à 11:06 - Mise à jour à 11:31
©Capture d'écran
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Un enfant est mort le 21 décembre après avoir ingéré de l'Uvestérol, un médicament luttant contre la carence en vitamine D. Des investigations vont devoir mettre en lumière le rôle exact du produit dans le décès de l'enfant.

Un nourrisson âgé de dix jours est brusquement décédé le 21 décembre 2016 après avoir ingéré une dose d’Uvestérol D. Ce médicament, très couramment administré aux jeunes enfants de moins de 5 ans, permet de lutter contre la carence en vitamine D, très fréquente à cette période de la vie.

Le bébé, après avoir reçu sa dose d’Uvestérol D s’est mis à suffoquer avant d’arrêter de respirer et de faire un arrêt cardiaque. Transporté à l’hôpital Cochin à Paris, il n’a pas pu être sauvé par les médecins.

Le médicament produit par le laboratoire Crinex est un grand classique de la médecine à destination des enfants. Il est sur le marché depuis 1990. Depuis 2006 pourtant, la substance faisait l’objet d’une surveillance particulière de la part de l’Agence nationale de la santé et du médicament (ANSM). Plusieurs cas de "fausses routes" (une ingestion qui part dans les voies respiratoires au lieu de rentrer dans le tube digestif) avaient en effet été recensés. Les autorités sanitaires avaient même réitéré leurs appels à la prudence en 2013.

Les alertes portaient notamment sur ce qui a, semble-t-il, tué l’enfant: l’usage d’une pipette doseuse pour administrer le produit à de très jeunes nourrisson, ce qui n’était visiblement pas adapté. La revue Prescrire s’inquiétait notamment du manque d’initiative de la part de Crimex pour résoudre la question.

L’ANSM a annoncé que "les premières conclusions des investigations seront connues dans les prochains jours" pour faire la lumière sur les circonstances exactes de la mort du jeune enfant.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le médicament était sous surveillance depuis 2006.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-