Belgique: un homme se fait exploser avec une ceinture d'explosifs sur un terrain de foot

Auteur(s)
La rédaction de France-Soir
Publié le 31 juillet 2018 - 17:39
Image
Patrouille de police, le 23 mars 2017 à Anvers en Belgique
Crédits
© EMMANUEL DUNAND / AFP
Un ancien militaire est suspecté de s'être suicide en se faisant exploser avec une ceinture d'explosifs en Belgique.
© EMMANUEL DUNAND / AFP
Un ancien militaire est suspecté de s'être suicidé en se faisant sauter avec une ceinture d'explosifs sur un terrain de football vide ce mardi à Verviers en Belgique. La seule victime est l'homme qui a activé l'engin.

Selon les autorités belges, l'enquête s'oriente vers un suicide. Un homme, muni d'une ceinture d'explosif, est décédé après s'être fait exploser ce mardi 31 au matin sur un terrain de football vide à Verviers (est de la Belgique). L'explosion n'a pas fait de victime car l'endroit était désert au moment des faits.

Un important dispositif de sécurité a été mis en place autour de la zone concernée par l'explosion avec notamment le déploiement de plusieurs équipes de démineurs. Le bourgmestre de la ville a fait savoir qu'il ne s'agit pas "d'une acte terroriste". "On s'oriente plutôt vers un suicide d'après les premiers éléments", a expliqué Hassan Aydin à la RTBF.

"La personne décédée n'est pas formellement identifiée mais, selon nos informations, une clé aurait été retrouvée sur le corps et aurait permis d'ouvrir une maison du quartier, celle d'un ancien militaire, rue Octave Pétry", précise le média d'outre-Quiévrain. Des démineurs ont été envoyés sur place pour sécuriser les lieux alors que les riverains ont été évacués pendant la durée des opérations.

Le 15 janvier 2015, une semaine après l'attentat contre Charlie Hebdo, une cellule djihadiste avait été démantelée dans une maison de Verviers. Elle comptait trois jeunes revenus de Syrie. Deux d'entre eux avaient été tués après avoir ouvert le feu contre les policiers venus les arrêter. Un troisième, blessé, a été arrêté.

Abdelhamid Abaaoud, considéré comme un des organisateurs des attentats sanglants qui ont frappé Paris (novembre 2015) et à Bruxelles (mars 2016), revendiqués par l'Etat islamique (EI), est soupçonné d'avoir supervisé la cellule de Verviers depuis la Grèce.

Lire:

Cellule terroriste de Verviers: prison ferme pour 4 dirigeants djihadistes 

Cellule terroriste de Verviers: Abaaoud donnait des ordres, selon un accusé

Belgique: la cellule djihadiste de Verviers disposait de quoi fabriquer une bombe