Besançon: le videur d'une boîte de nuit poignardé à mort devant l'établissement après avoir éconduit un homme qui voulait rentrer

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Besançon: le videur d'une boîte de nuit poignardé à mort devant l'établissement après avoir éconduit un homme qui voulait rentrer

Publié le 23/04/2017 à 15:34 - Mise à jour à 18:27
©Morebyless/Flickr
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Il n'a fait que son travail, et il a probablement été tué pour cela. Un videur de boîte de nuit a été poignardé dans la nuit de samedi à dimanche par un groupe, probablement après un refus d'admission.

L’agression ressemble à s’y méprendre à une exécution à l’arme blanche. Dans la nuit du samedi 22 au dimanche 23, un vigile d’une boîte de nuit de Besançon, dans le département du Doubs, a trouvé la mort à son poste de travail.

Il était environ 3h du matin lorsque le drame s’est produit à l’entrée de la discothèque "Le Styl" en plein cœur de la cité bisontine, dans la Grande Rue, non loin du quai Vauban.

Un groupe de sept personnes se dirige vers le videur et l’agresse à coups de couteau après une altercation. Poignardé au niveau du sternum, le physionomiste s’effondre au sol. Les secours arrivent pour le trasporter de toute urgence à l’hôpital. Mais il est déjà trop tard, l’homme décèdera peu après son admission.

La boîte de nuit "Le Styl", un établissement habituellement sans histoire, est équipé de caméras de surveillance. D’après les premiers éléments de l’enquête, le videur aurait été assassiné en représailles après avoir éconduit un homme seul qui souhaitait rentrer dans l’établissment. Recalé, il se serait visiblement énervé et aurait décidé de se venger, accompagné de six complices. C’est dans le cadre de cette bagarre qui a dégénéré que les couteaux ont été tirés et le meurtre commis. Ces faits doivent encore être confirmés par la police.

Dimanche matin, les autoirités n’avaient pas encore réussi à identifier avec certitude les auteurs et personne n’avait été appréhendé.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le vigile a été poignardé au niveau du sternum.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-