Besançon: mystère autour de la disparition d'une étudiante japonaise, la piste de l'assassinat privilégiée

Besançon: mystère autour de la disparition d'une étudiante japonaise, la piste de l'assassinat privilégiée

Publié le 29/12/2016 à 17:28 - Mise à jour à 17:30
©Charles Platiau/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Narumi Kurosaki, une étudiante japonaise de 21 ans venue étudier à Besançon a disparu depuis le 4 décembre. La thèse de l'assassinat est privilégié. Un mandat d’arrêt européen a été émis à l’encontre du principal suspect, un étudiant chilien.

Qu'est-il arrivé à Narumi Kurosaki, une étudiante japonaise de 21 ans résidant à Besançon et disparue depuis le 5 décembre dernier? Beaucoup de questions et peu de réponses pour les enquêteurs chargés des investigations. L'enquête avait au préalable été ouverte pour "enlèvement, séquestration et détention arbitraire". Elle a été requalifiée en assassinat ce jeudi 29.

Un mandat d’arrêt européen a été émis à l’encontre du principal suspect, un étudiant chilien, probablement son ex-petit ami avec qui elle aurait passé la dernière soirée où elle a été aperçue. L’assassin présumé aurait pris la fuite vers son pays d’origine le 7 décembre, quand il a compris que les investigations se resserraient autour de lui d’après Le Parisien.

Dans la nuit supposée du meurtre, plusieurs témoins ont entendu une femme crier dans la cité universitaire.

Par ailleurs, les enquêteurs ont suivi un temps une piste selon laquelle la jeune Narumi aurait été vue vivante le 19 décembre à Verdun (Meuse), à 300 km de Besançon, deux semaines après la date supposée de sa mort. Le patron et une employée d'un bar-tabac de Verdun affirmaient que ce jour-là une jeune femme correspondant au signalement de la jeune Japonaise disparue aurait passé plus de deux heures, en pleurs, dans leur établissement. Il ne s'agissait pas de Narumi Kurosaki en réalité.

À Besançon, les recherches se poursuivent pour tenter de retrouver le corps de la jeune fille ou du moins des indices permettant de le localiser, "on a affiné les zones de recherches dans le secteur grâce à toutes nos données de téléphonie. On a une nouvelle cartographie qui se dessine", précisait le commandant de la Police judiciaire Régis Millet à l’Est républicain mardi 27.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Narumi Kurosaki, une étudiante japonaise de 21 ans venue étudier à Besançon a disparu depuis le 4 décembre.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-