Biscarosse: 31 parents d'élèves condamnés pour dénonciation calomnieuse d'un professeur

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr
Publié le 20 avril 2016 - 20:56
Image
Une allégorie de la Justice.
Crédits
©Damien Meyer/AFP
Le tribunal correctionnel de Mont-de-Marsan, dans les Landes, a condamné, mardi 19, 31 parents d'élèves qui avaient accusé, à tort, un professeur d'EPS de violences.
©Damien Meyer/AFP
Trente-et-un parents d'élèves ont été condamnés mardi à des amendes de 1.000 euros avec sursis pour dénonciation calomnieuse envers un professeur de sport de Biscarosse.

Pour son avocate, Me Laure Darzacq, le professeur incriminé est quelqu'un de "détruit psychologiquement". Le tribunal correctionnel de Mont-de-Marsan, dans les Landes, a condamné, mardi 19, 31 parents d'élèves qui avaient accusé, à tort, un professeur d'EPS de violences. Cinq autres accusés ont été relaxés mais 1 euro symbolique de dommages et intérêts leur a été réclamé. 

Les 31 condamnés se voient obligés par le tribunal à payer des amendes de 1000 euros avec sursis.  Les parents risquaient jusqu'à 5 ans d'emprisonnement et 45.000 euros d'amende.

L'affaire remonte à janvier 2013 lorsque des parents d'élèves ont écrit à l'Éducation nationale pour se plaindre des brimades, humiliations et mauvais traitements subis par leurs enfants au collège de Biscarosse. Des plaintes avaient également été déposées en gendarmerie en particulier contre ce professeur de sport du collège de Biscarrosse (Landes) de 59 ans.  

Les enquêtes, interne comme pénale, avaient abouti au classement sans suite du dossier, mais le Parquet s'était retourné contre les parents, engageant alors des poursuites sur fond de dissensions et de vengeance entre enseignants. En outre, le professeur avait porté plainte pour "dénonciations calomnieuses".

En réalité, les parents d'élèves ont été leurrés par les collègues de l'enseignant, qui n'étaient pas poursuivis. Lors de l'audience, qui s'est tenue en mars dernier, la présidente du tribunal avait mis en évidence un climat de ressentiment et de vengeance entre les enseignants selon Le Figaro.

"C'est une très bonne chose, Claude Monferran, qui a été détruit psychiquement, est très content que ces parents qui ont mené une campagne écoeurante aient été déclarés comme des menteurs calomniateurs", a réagi Me Laure Darzacq. De leur côté, les avocats de la défense devaient se réunir pour décider d'un éventuel appel.

 

 

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don