Blois: huit mois de prison pour avoir tiré au pistolet à billes sur le principal d'un collège

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Blois: huit mois de prison pour avoir tiré au pistolet à billes sur le principal d'un collège

Publié le 08/09/2017 à 19:27 - Mise à jour à 19:33
©Balcombe Solent/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Un jeune homme de 20 ans a été condamné jeudi à huit mois de prison ferme pour avoir tiré au pistolet à billes sur le principal du collège Rabelais de Blois, sans le blesser. Il était déjà connu de la justice pour des faits de violence. Son avocat avait demandé une condamnation à un euro symbolique.

Il n'y a pas eu de blessé et la seule arme était un pistolet à billes, mais le tribunal correctionnel de Blois s'est tout de même montré ferme, comme la peine de prison de huit mois qu'il a infligée jeudi 7 en comparution immédiate à un jeune homme qui avait tiré deux de ces projectiles sur le proviseur d'un établissement scolaire.

Le prévenu de 20 ans s'était rendu mardi 5 avec un ami devant le collège Rabelais, avec ce pistolet et masqué pour y "jouer" selon ses dires relatés par La Nouvelle République. Un manège qui -dans une période où la sécurité aux abords des écoles est renforcée- a conduit le principal du collège à venir fermer le portail. Il a alors reçu deux billes à la main et au dos, tirées par le jeune homme au motif que le principal l'avait "dévisagé".

Il n'a pas été blessé, mais le passif du tireur n'a semble-t-il pas joué en sa faveur. Outre le fait qu'il s'était déjà illustré devant ce même collège avec un fusil à eau, il ne s'était écoulé qu'un peu plus d'un mois depuis sa condamnation pour des violences commises contre des policiers.

Alors que l'avocat du prévenu a mis en garde contre le mélange des genres entre une mauvaise blague et la protection des écoles contre la menace terroriste, le procureur a dénoncé des "faits graves" rappelant la nécessité de "protéger chaque établissement scolaire de toute violence".

Le premier a demandé une condamnation à un euro symbolique, le second à requis un an de prison, un tiers de la peine maximale pour les violences n'ayant pas entraîné d'ITT lorsqu'elles sont commises avec une arme, sur le personnel d'un établissement scolaire ou aux abords d'un tel lieu (article 222-13 du code pénal).

Le tribunal a finalement tranché pour une peine de huit mois de prison ferme avec incarcération immédiate, assortie d'une interdiction d'approcher du collège pendant trois ans.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le jeune homme avait déjà été condamné pour violences contre des policiers (illustration).

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-