Bonbonnes de gaz dans le XVIe: témoignage de l'homme qui a trouvé l'engin explosif improvisé (vidéo)

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr
Publié le 03 octobre 2017 - 18:27
Image
Un homme de 26 ans risque de perdre l'usage d'un œil après avoir reçu un tir de lanceur de balles de
Crédits
© Lionel BONAVENTURE / AFP/Archives
En même temps qu'il était au téléphone avec les autorités, l'homme a sorti les bonbonnes de gaz de l'immeuble.
© Lionel BONAVENTURE / AFP/Archives
Les enquêteurs tentaient ce mardi de percer le mystère autour des bonbonnes de gaz équipées d'un dispositif de mise à feu découvertes ce weekend devant un immeuble d'un quartier cossu de Paris. L'homme qui a découvert le dispositif explosif a témoigné au "Parisien".

L'homme a fait preuve d'un sang-froid à toute épreuve et a réussi à éviter un possible attenant. Le journal Le Parisien a recueilli le témoignage du riverain qui a découvert l'engin explosif improvisé, composé de plusieurs bonbonnes de gaz reliées entre elles avec un dispositif de mise à feu, placé rue Chanez dans le XVIe arrondissement de Paris dans la nuit du vendredi 29 au samedi 30.

"Ca sentait l'essence, j'ai sorti trois bonbonnes. Il y avait au moins 30 litres d'essence", a fait savoir cet homme présenté comme un quadragénaire par le quotidien. "J'ai coupé les bonbonnes de gaz et je les ai sorties. En même temps, j'avais les pompiers et la police au téléphone, il faut les remercier aussi", a-t-il expliqué. Et d'ajouter: "Je suis toujours choqué, on va essayer de reprendre une vie normale, d'aller au travail, de faire comme si de rien n'était".

La section antiterroriste du parquet de Paris a été saisie et a chargé les enquêteurs de la section antiterroriste (SAT) de la brigade criminelle ainsi que la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) de mener les investigations. 

Cinq personnes, interpellées par les services antiterroristes en région parisienne et notamment dans les communes de l'Essonne d'Arpajon et Draveil, étaient toujours en garde à vue ce mardi 3 matin, selon une source proche de l'enquête. "L'un était fiché au fichier FSPRT (Fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste, ndlr), ça veut dire radicalisé", a déclaré le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb sur France Inter.

La cible, un immeuble d'habitation dans un quartier calme de la capitale, interroge toutefois les enquêteurs. LCI avance que "les suspects ont pu vouloir s'attaquer à un journaliste français très critique contre ce qu'il appelle +l'islamisation+ de la France. Le gang se serait trompé d'adresse à cause d'un homonyme locataire de cet immeuble rue Chanez".

À LIRE AUSSI

Image
Deux adolescents de 17 ans ont été mortellement fauchés, et une autre grièvement blessée par une voi
Paris: un engin explosif improvisé avec des bouteilles des gaz déposé devant un immeuble du XVIe
Une bombe artisanale composée de bonbonnes de gaz a été désamorcée dans la nuit du vendredi à samedi dans le XVIe arrondissement de Paris. L'engin explosif était "en p...
02 octobre 2017 - 22:51
Société
Image
Attentat déjoué bonbonnes de gaz 31 rue Chanez
Paris: cinq interpellations après la découverte de bonbonnes de gaz avec dispositif de mise à feu
Des suspects connus pour leur radicalisation mais une cible qui interroge: les enquêteurs tentaient mardi de percer le mystère autour des bonbonnes de gaz équipées d'u...
03 octobre 2017 - 09:13