Bondy: un suspect entre la vie et la mort après une fusillade avec la police

Bondy: un suspect entre la vie et la mort après une fusillade avec la police

Publié le 05/06/2015 à 08:14 - Mise à jour à 08:18
©Lancelot Frédéric/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): Pierre Plottu
-A +A

Un homme armé d'un fusil à pompe à ouvert le feu sur des policiers, qui ont répliqué, jeudi 4 en Seine-Saint-Denis. Le tireur a été grièvement blessé et son pronostic vital serait très engagé.

Il avait ouvert le feu au fusil à pompe sur les policiers. Un homme a été grièvement blessé au cours d'une fusillade avec des agents qu'il avait pris pour cible et qui ont répliqué, dans la soirée de jeudi 4 à Bondy (Seine-Saint-Denis). Son pronostic vital serait "très engagé", selon des sources policières qui précisent qu'aucun policier n'a été touché.

Il était aux alentours de 22h30 lorsque les forces de l'ordre ont été prévenues qu'un homme armé d'un fusil a pompe a agressé une femme aux Pavillons-sous-Bois. Une patrouille à alors repéré le suspect, circulant dans son véhicule, mais ce dernier a refusé de s'arrêter et une course-poursuite s'est engagée.

Elle s'est achevée à Bondy, où l'homme perd le contrôle de sa voiture et percute un feu rouge. Il serait alors descendu du véhicule son fusil à pompe à la main et aurait ouvert le feu sur les policiers lancés à ses trousses. Ceux-ci ont répliqué et fait mouche à au moins trois reprises. Grièvement blessé, le suspect a sombré dans le coma et a été transporté à l'hôpital parisien de la Pitié-Salpêtrière.

Selon les premiers éléments de l'enquête, la femme agressée par le tireur était son ex-compagne. Il semblerait que l'homme voulait s'en prendre à elle et à son nouveau compagnon.

La police judiciaire a été saisie de l'enquête ouverte pour tentative d'homicide sur les policiers. Un représentant du parquet s'est déplacé sur les lieux. Une autre procédure, distincte, a été ouverte par l'Inspection générale de la police nationale (IGPN) comme c'est toujours le cas lorsqu'un policier fait usage de son arme.

 

Auteur(s): Pierre Plottu

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La voiture des policiers était criblée d'impacts de balles, selon des témoins (photo d'illustration).

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-