Bordeaux: arrêté pour "traite d'être humains" sur de jeunes migrants

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Bordeaux: arrêté pour "traite d'être humains" sur de jeunes migrants

Publié le 16/11/2018 à 12:47 - Mise à jour à 12:52
©Hadj/Sipa
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

-A +A

Un Marocain d'une vingtaine d'années a été interpellé mardi à Bordeaux et mis en examen pour "traite d'être humains". Il aurait exploité des jeunes migrants pour commettre des vols à l'arraché.

L'homme n'a que 23 ans, un jeune âge qui ne l'aurait pas empêché d'être à la tête d'un réseau bordelais exploitant des jeunes en situation irrégulière, comme lui originaires du Maroc. Il a été interpellé mardi 13, puis mis en examen et écroué pour "traite des êtres humains en bande organisée, vols en bande organisée avec violence et aide au séjour irrégulier en bande organisée".

L'individu aurait en effet forcé ces jeunes gens à commettre des vols à l'arraché dans le centre-ville de la capitale girondine, révèle Sud Ouest. Ce sont 65 plaintes pour des vols de téléphones portables ou de colliers qui ont été recensées et imputées à ce groupe selon le parquet de Bordeaux.

Voir: Pas-de-Calais - des migrants volent un bateau de pêche et traversent la Manche

"Les vols étaient principalement commis en soirée ou pendant la nuit dans les quartiers de La Victoire, de Paludate et de la rue Sainte-Catherine, notamment sur des victimes alcoolisées qui sortaient de boîtes de nuit", précise le quotidien.

Il a fallu plusieurs mois aux enquêteurs de la brigade mobile et de recherche zonale de la police aux frontières et de la brigade de répression des atteintes aux personnes de la Sûreté départementale pour identifier le suspect. Selon le premiers éléments dévoilés, il aurait recruté ces jeunes clandestins qui devaient ensuite lui remettre leur butin. Des faits dont "l'ampleur et la gravité" ont justifié aux yeux du parquet le placement en détention provisoire.

La traite des être humains est punissables de 7 ans d'emprisonnement, 10 ans lorsqu'elle implique des mineurs. Une peine qui peut-être portée à 20 ans de prison lorsqu'elle est commise en bande organisée.

Lire aussi:

Enfants migrants en rétention: "il est possible d'enfermer beaucoup moins"

Auteur(s): La rédaction de France-Soir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


L'homme aurait recruté de jeunes migrants en situation irrégulière pour commettre des vols.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-