Bordeaux: des panneaux contre les djihadistes installés aux portes de l'agglomération girondine

Bordeaux: des panneaux contre les djihadistes installés aux portes de l'agglomération girondine

Publié le 09/04/2018 à 17:24 - Mise à jour à 17:41
©Facebook
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Des panneaux d’entrée de ville "anti-djihadistes" ont été installés un peu partout sur l'agglomération bordelaise, la semaine dernière. Une action similaire avait été menée à Toulouse fin mars.

L'action n'a pas été revendiquée mais elle pourrait venir d'une frange de l'ultra-droite. Comme à Toulouse fin mars, une bonne dizaine de panneaux de signalisation comportant l'inscription "djihadistes" barrée de rouge ont récemment été installés à différentes entrées de villes de l'agglomération bordelaise.

Un peu moins d’une dizaine de ces faux panneaux étaient accrochés sous de vrais panneaux d’entrée ou de sortie de ville à Talence, Mérignac, Bordeaux et Pessac, rapporte Sud-Ouest. L'installation a été probablement réalisée dans la nuit de jeudi 5 à vendredi 6. La police a été avisée des faits et a ouvert une enquête.

Une action similaire avait été découverte le 27 mars dernier à Toulouse. Une enquête avait été ouverte et à la Sûreté départementale de Haute-Garonne doit se charger, après prélèvements (ADN et empreintes) sur les panneaux et visionnage des images de vidéosurveillance, d'identifier les responsables.

Voir aussi - Toulouse: des panneaux contre les djihadistes installés aux portes de la ville

Mais sur les réseaux sociaux, plusieurs internautes ont rapidement estimé qu'il s'agit d'une action de l'antenne toulousaine du groupe d'extrême droite Génération Identitaire. Une quinzaine de jours avant l'installation des panneaux, des membres du groupe avaient tracté à travers la ville pour protester contre le retour des djihadistes français à Toulouse en alertant le maire Jean-Luc Moudenc: "Nous lançons dès aujourd’hui une importante campagne afin d’alerter la population toulousaine, ainsi que notre maire, sur le danger que représente les retours des djihadistes toulousains", avaient-ils déclaré le 10 mars.

L'action dans l'agglomération bordelaise n'a pas été revendiquée ce lundi 9. Elle a tourtefois été realyé par le site d'extrême droite Info Bordeaux. 

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Un peu moins d’une dizaine de ces faux panneaux étaient accrochés dans des villes girondines.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-