Bordeaux: quand le rectorat proposait aux élèves d'écrire un discours nazi

Bordeaux: quand le rectorat proposait aux élèves d'écrire un discours nazi

Publié le 22/07/2016 à 17:36 - Mise à jour à 17:48
©Konrad K/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Un des exercices mis en ligne par le rectorat de l'académie de Bordeaux à destination des professeurs d'histoire-géographie proposait aux élèves d'écrire un discours nazi. Qualifié de "maladroit", il a été retiré jeudi du site Internet.

Le rectorat de l'académie de Bordeaux a supprimé jeudi 21 de son site internet un exercice mis à la disposition des professeurs d'histoire-géographie de 3e sur la seconde Guerre mondiale qui, en voulant "faire valoir deux points de vue", proposait aux élèves d'écrire un discours pour le ministre de la propagande nazie Joseph Goebbels.

L'exercice, accessible en ligne depuis 2014, était proposé, parmi d'autres, sur une page consacrée à un partage de ressources pédagogiques entre professeurs d'histoire-géographie de l'académie. Ces exercices, répertoriés sous le nom de "tâches complexes", prévoient de mettre les élèves en situation, en relation avec des événements historiques au programme.

Dans l'exercice concerné, consacré à la bataille de Stalingrad en 1942, les élèves étaient invités à se mettre dans la peau d'un envoyé spécial du journal de l'Armée rouge soviétique et de rédiger un article, puis dans celle d'un employé du Reich chargé par le ministre de la propagande nazie Joseph Goebbels d'écrire "un discours en insistant sur les enjeux idéologiques et territoriaux de cette bataille pour l'Allemagne national-socialiste".

"Nous avons fait retirer l'exercice du site internet car la formulation de la deuxième partie de l'exercice était maladroite", a reconnu auprès de l'AFP l'inspecteur d'académie Michel Roques, inspecteur pédagogique régional en histoire-géographie. Mercredi, des professeurs s'étaient émus sur les réseaux sociaux du contenu et de la formulation de l'exercice.

Dans ce type d'apprentissage, "les élèves ne sont pas livrés à eux-mêmes, chaque partie développe un point de vue et la confrontation se fait sous l'autorité de l'enseignant", a insisté l'inspecteur, qui a souligné que le professeur à l'origine de cette mise en situation avait déjà rempli des "fonctions de formation" et était "au-dessus de tout soupçon".

"Se mettre dans la peau d'un fonctionnaire nazi, c'est là qu'est la maladresse", a reconnu M. Roques. Mais "ce type de travail n'est jamais fait sans accompagnement", c'est pour cela qu'il "a pu ne pas paraître particulièrement choquant à la personne qui l'a validé" sur le site de l'académie, a-t-il ajouté.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L'exercice, accessible en ligne depuis 2014, était proposé, parmi d'autres, sur une page consacrée à un partage de ressources pédagogiques entre professeurs d'histoire-géographie de l'académie.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-