Bouches-du-Rhône: il abat son fils schizophrène puis se donne la mort

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Bouches-du-Rhône: il abat son fils schizophrène puis se donne la mort

Publié le 05/04/2015 à 12:21 - Mise à jour à 12:28
©Bob Edme/AP/Sipa
PARTAGER :

Auteur(s): Pierre Plottu

-A +A

Un homme de 59 ans et son fils schizophrène de 36 ans ont été découverts, morts, par la mère de la famille, samedi 4 près d'Arles (Bouches-du-Rhône). Il semblerait que ce soit le père qui ait abattu son enfant avant de se suicider.

Il vivait dans une caravane au fond du jardin de ses parents. Un jeune homme schizophrène a été abattu par son père à coups de fusil de chasse, samedi 4 dans une propriété des Paluds-de-Noves, à quelques kilomètres au nord d'Arles (Bouches-du-Rhône). Le tireur s'est ensuite donné la mort avec son arme, révèle le quotidien régional Le Dauphiné Libéré.

Il est aux alentours de 16 heures, samedi. Dans la tranquille maison familiale, le père de famille, un chasseur de 59 ans, profite que sa femme fasse une sieste pour s'emparer de l'une des armes qu'il possède. Sans que l'on sache encore pourquoi, il se dirige alors vers le fond de son jardin où se trouve la caravane où se trouve son fils de 36 ans qui vit là depuis qu'il a été diagnostiqué schizophrène et placé sous la tutelle de ses parents. Là, le père tire sur son fils et le tue. Puis il retourne l'arme contre lui. C'est la mère qui découvrira les deux corps, une fois réveillée. Elle n'avait pas entendu les coups de feu.

Coup de folie? Rivalité dramatique? Les premiers éléments recueillis sur la scène du crime par les enquêteurs ne permettent pas de définir le mobile du père infanticide. Pour autant, c'est bien la piste d'un meurtre suivi d'un suicide du tireur qui correspond aux indices trouvés sur place, selon le parquet de Tarascon en charge de l'affaire.

Extrêmement choquée, la mère de famille n'a pu être auditionnée par les gendarmes dans l'immédiat. L'enquête a été confiée à la brigade de recherches de la gendarmerie d'Arles.

 

Auteur(s): Pierre Plottu


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Le jeune vivait chez ses parents depuis qu'il avait été diagnostiqué schizophrène.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-