Bouches-du-Rhône: la famille d'une patiente en fin de vie séquestre et brutalise deux soignantes

  •  Soutenez l'indépendance de FranceSoir, faites un don !  

Bouches-du-Rhône: la famille d'une patiente en fin de vie séquestre et brutalise deux soignantes

Publié le 19/03/2018 à 12:54
© PATRICK KOVARIK / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Une infirmière et l'étudiante qui l'accompagnait ont été séquestrées par la famille d'une patiente en fin de vie qui est décédé pendant ses soins jeudi à Fos-sur-Mer. La police a dû intervenir et l'infirmière s'est vu prescrire dix jours d'ITT, elle ne portera pas plainte.

Une infirmière et une étudiante qui l'accompagnait ont vécu une tournée violente jeudi 15 à la Fos-sur-Mer, dans les Bouches-du-Rhône. Elles intervenaient chez une patiente en fin de vie lorsque celle-ci est décédée pendant les soins.

Si ce drame est assez traumatisant, ce qui a suivi l'est aussi. La famille de la défunte, présente sur les lieux, s'en est pris aux deux soignantes.

A voir aussi: #BalanceTonHosto - quand le personnel soignant dénonce ses conditions de travail

Selon France Bleu Provence, les enfants de la patiente ont insulté, traité d'assassin, brutalisé et même menacé de mort l'infirmière. Durant plus de deux heures, cette dernière et l'étudiante qui l'accompagnait ont été séquestrées dans la maison. Des membres de la famille leur barraient en effet la route et les empêchaient de sortir.

La police interviendra finalement et permettra aux deux femmes de sortir du domicile. L'infirmière s'est tout de même vu prescrire dix jours d'ITT (Incapacité totale de travail). Elle ne portera pas plainte contre ses agresseurs, disant comprendre la douleur de la famille et estimant qu'elle n'a fait que son travail.

Audrey Ferullo, présidente du Syndicat des infirmières et infirmiers libéraux des Bouches-du-Rhône, n'est pas vraiment du même avis cependant. "Quand on fait la profession d'infirmière, on est là pour aider les gens, on n'est pas là pour se faire insulter et pour essuyer le débordement d'émotion aussi violente qui s'est produite. Il ne faut absolument pas banaliser ce qui s'est passé", a-t-elle rappelé au micro de la radio locale.

"Malheureusement, c'est monnaie courante", a indiqué la syndicaliste.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Les policiers ont dû intervenir au domicile de la patiente: les soignantes y étaient séquestrées.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-