Boulogne-Billancourt: le kiné oublie sa patiente dans son cabinet, elle porte plainte pour négligence

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Boulogne-Billancourt: le kiné oublie sa patiente dans son cabinet, elle porte plainte pour négligence

Publié le 21/08/2017 à 14:45 - Mise à jour à 15:06
©Frédéric Bisson/Flickr
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Un kinésithérapeute de Boulogne-Billancourt a oublié sa patiente dans son cabinet vendredi soir à son départ. C'est finalement la police qui a dû venir la délivrer. Elle a porté plainte pour négligence.

Une femme de 56 ans est restée enfermée dans le cabinet de son kinésithérapeute vendredi 18 au soir à Boulogne-Billancourt, rapporte Le Parisien. Le praticien a quitté son lieu de travail alors qu'elle avait toujours son appareil de pressotherapie sur les jambes. Le kiné l'aurait tout bonnement oubliée.

"Je n'ai pas compris ce qui se passait, j'entendais des gens dire au revoir, souhaiter bon week-end (...) Puis j'ai attendu. J'appelais +Monsieur, Monsieur !+ Il n'y avait plus de bruit, j'ai enlevé l'appareil, je me suis levée et j'ai vu que j'étais seule, enfermée", a-t-elle expliqué au journal. Se rendant compte que le praticien l'a enfermé dans son cabinet elle joint sa fille au téléphone et cette dernière prévient les forces de l'ordre qui sont venus la délivrer. Paniquée, la femme est en pleine crise d'asthme. Elle a été prise en charge à l'hôpital Ambroise-Paré.

C'est la fille de la victime qui a prévenu le praticien. "C'est moi qui lui ai appris qu'il avait oublié une patiente. Je lui ai dit que les conséquences auraient pu être plus graves, que c'était inadmissible. Que ce serait-il passé si c'était une femme âgée, sans portable, qui vit seule?", a-t-elle témoigné au Parisien. Sa mère a décidé de porter plainte pour négligence.

Joint par le quotidien, le kiné reconnait les faits et tient à s'excuser: "J’ai fermé mon cabinet et il y avait encore quelqu’un dedans. Ca ne doit pas être ni la première, ni la dernière fois que cela se produit, et ce n’était pas dans un ascenseur non plus... Mais c’est fâcheux, et ce n’est pas professionnel de ma part, c’est clair. Je ne peux que m’excuser".

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




C'est la fille de la victime qui a prévenu les secours pour qu'ils délivrent sa mère.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-