Bourgogne-Franche-Comté: vigilance sur la méningite après le décès de deux étudiants à Dijon

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Bourgogne-Franche-Comté: vigilance sur la méningite après le décès de deux étudiants à Dijon

Publié le 24/12/2016 à 15:05
©Gelebart/20Minutes/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Un troisième cas de méningite a été déclaré à Dijon, vendredi. Il s'agit, comme les deux premières victimes, d'un étudiant de l'université Bourgogne-France-Comté. Encore prudentes quant à déclarer une épidémie, les autorités sanitaires sont très vigilantes.

L'Agence régionale de santé (ARS) de Bourgogne-Franche-Comté a appelé les médecins à une "vigilance particulière" après trois cas de méningite récents dont deux mortels parmi la communauté étudiante de Dijon.

"Trois cas d'infection invasive à méningocoque (IMM) sont survenus entre octobre et décembre chez des étudiants de l'Université de Bourgogne-Franche-Comté, campus de Dijon. Deux de ces étudiants sont décédés, l'état de santé du troisième évolue favorablement", a précisé l'ARS dans un communiqué. Les jeunes gens ont été atteint d'une méningite à méningocoque de type W135.

"La survenue sur une période de deux mois de trois cas au sein du milieu étudiant, chez des jeunes adultes de la même classe d'âge, retient l'attention des autorités sanitaires", a ajouté l'agence. Elle souligne que "dès le premier signalement, et pour chacun des cas", elle avait "procédé à la recherche des personnes ayant eu des contacts proches et répétés avec les étudiants, pour leur recommander une prophylaxie antibiotique et une vaccination".

Les professionnels de santé ont "été informés de cette situation, en vue d'une vigilance particulière vis-à-vis de patients présentant des signes évocateurs de la maladie", a-t-elle dit.

Le méningocoque est un germe très fragile qui ne survit pas dans l'environnement mais se transmet par la salive. La méningite se traduit par une fièvre, des maux de tête, une raideur de nuque avec des vomissements et une gêne à la lumière.

Les infections invasives à méningocoque sont relativement rares en France, avec 469 cas notifiés en 2015, ayant entraîné 53 décès, selon des chiffres de l'Institut national de veille sanitaire (InVs).

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




L'Agence régionale de santé (ARS) de Bourgogne-Franche-Comté a appelé les médecins à une "vigilance particulière" après trois cas de méningite.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-