Brest: des distributeurs de billets encore dégradés par des matières fécales

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Brest: des distributeurs de billets encore dégradés par des matières fécales

Publié le 31/07/2017 à 11:51 - Mise à jour à 11:57
© VALERY HACHE / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Dans la nuit de samedi à dimanche à Brest (Finistère), un homme de 56 ans a été placé en garde à vue après avoir badigeonné d'excréments les claviers de plusieurs distributeurs bancaires. Il doit être examiné par un médecin psychiatre.

Les habitants de Brest (Finistère) ont eu une mauvaise surprise lorsqu'ils ont voulu retirer de l'argent. Dans la nuit de samedi 29 à dimanche 30, un homme de 56 ans a été interpellé après avoir badigeonné d'excréments les claviers de plusieurs distributeurs bancaires, de la rue de Siam à la place de Strasbourg. Placé en garde à vue, il doit être examiné par un médecin psychiatre.

Pour le moment, nul ne sait s'il s'agit du même homme qui avait été interpellé la semaine dernière pour des faits similaires. Mais un détail semble mettre la puce à l'oreille de certains: encore une fois, les matières fécales étaient déposées sur la touche "Valider" de l'appareil. Il se pourrait donc qu'il ait récidivé ou bien qu'il s'agisse d'un imitateur.

Pour rappel, dans la nuit du 22 au 23 juillet, un malfaiteur avait été interpellé après avoir pris pour cible des distributeurs bancaires de la ville en les aspergeant d'excréments qu'il avait au préalable recueillis dans une bouteille. Et à l'issue de sa garde à vue, il avait été remis en liberté, sous contrôle judiciaire, dans l'attente d'un procès en novembre prochain. Au total, selon les déclarations de la police, il aurait souillé près de 30 distributeurs depuis la mi-juillet. Des dégradations qui semblent avoir mis en colère plusieurs banques, lesquelles ont décidé de porter plainte.

Ce même homme avait déjà été condamné en 2015 pour le même type de faits. Il avait d'abord écopé d'une amende puis de quatre mois de prison ferme sur décision du tribunal correctionnel de Brest lors de sa deuxième interpellation. A l'époque, il expliquait que son geste avait une dimension politique et qu'il souhaitait ainsi dénoncer le système bancaire.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Un homme de 56 ans avait déjà été interpellé la semaine dernière pour des faits similaires.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-