Brest: l'homme qui maculait les distributeurs d'excréments condamné à de la prison et une amende

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Brest: l'homme qui maculait les distributeurs d'excréments condamné à de la prison et une amende

Publié le 27/10/2017 à 11:41 - Mise à jour à 11:51
© VALERY HACHE / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

L'homme qui recouvrait les distributeurs de billets de Brest avec des excréments a été condamné jeudi à trois mois de prison et une forte amende. Il n'a pas pu expliquer son geste face au tribunal.

L'affaire avait fait les gros titres de la presse locale. Pour la seconde fois en un peu plus d'un an, l'homme qui recouvrait les distributeurs de billets avec des excréments à Brest a été condamné jeudi 26 . Il écope de trois mois de prison et 15.000 euros d'amende par le tribunal correctionnel rapporte France Bleu Breizh Izel.

Au total ce ne sont pas moins d'une trentaine de DAB qui ont subit les affres de ceux que les Brestois surnomment "Monsieur Caca". Ce dernier agissait toujours de nuit, maculant le plus souvent la touche "Valider" des automates. L'homme, actuellement sous curatelle, avait été interpellé en flagrant délit à la mi-juillet, placé sous contrôle judiciaire puis incarcéré quelques jours plus tard après avoir à nouveau déposé ses excréments sur les claviers de distributeurs.

L'homme est un récidiviste. Il avait en effet été arrêté une première fois en 2014. A l'époque, il expliquait que son geste avait une dimension politique et qu'il souhaitait ainsi dénoncer le système bancaire. Il avait été condamné à une amende. Il sera arrêté une deuxième fois la même année, et renvoyé devant un tribunal en 2015. Et pour cause: il avait attaqué une vingtaine de distributeurs, les souillant à un niveau tel que certains sont devenus inutilisables. Pour cette récidive, il avait écopé de quatre mois de prison ferme.

Jeudi, il n'a pas pu expliquer ses gestes devant le tribunal qui l'a pourtant longuement questionné sur ses motivations. Seule une banque avait été épargné par son courroux: la sienne, où il a accumulé pas moins de 71.000 euros. Le prévenu n'a d'ailleurs pas su expliquer la provenance de cet argent. Une expertise réalisée à la demande de son avocat a décelé une altération du discernement.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


L'individu est actuellement sous curatelle.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-