"Bugaled Breizh": la justice française referme le dossier

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

"Bugaled Breizh": la justice française referme le dossier

Publié le 21/06/2016 à 15:53 - Mise à jour à 15:58
©Daniel Joubert/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

La justice française a refermé ce mardi le dossier du naufrage du "Bugaled Breizh" qui avait coûté la vie à cinq marins en 2004. Si le non-lieu est désormais définitif, les proches des victimes espèrent qu'une procédure en cours en Grande-Bretagne puisse faire surgir de nouveaux éléments qui pourraient rouvrir le dossier en France.

La justice française a refermé ce mardi 21 le dossier du naufrage du Bugaled Breizh, dans lequel cinq marins du chalutier breton ont péri en 2004, la Cour de cassation ayant validé le non-lieu prononcé à l'issue de l'instruction. Pour autant, même si le non-lieu est désormais définitif, les proches de victimes espèrent qu'une procédure en cours en Grande-Bretagne puisse faire surgir de nouveaux éléments qui seraient susceptibles de rouvrir le dossier en France, ont expliqué leurs avocats. Ils comptent par ailleurs saisir la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH), a déclaré à la presse Me Dominique Tricaud, avocat du fils du mécanicien du Bugaled, dénonçant des "manquements graves à l'enquête" et au "devoir d'impartialité des magistrats".

"Aujourd'hui c'est la dernière tentative de la France pour que les familles des victimes du Bugaled Breizh ne puissent pas savoir comment ont disparu leurs proches", a-t-il déclaré. "Ceux qui croient que les Bretons sont capables d'abandonner l'affaire se trompent. On est optimiste et on pense qu'on arrivera à la vérité", a-t-il ajouté. A l'issue de l'instruction, les juges avaient estimé qu'il n'était pas possible de déterminer si le Bugaled, qui a coulé le 15 janvier 2004, a subi une fortune de mer ou si un sous-marin a accroché l'un des câbles qui relie le chalut au navire. Les proches des marins sont convaincus que la deuxième hypothèse est la bonne.

La Cour de cassation, qui se prononce sur l'application du droit et non sur le fond du dossier, a estimé que la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Rennes, qui avait confirmé le non-lieu, a "justifié sa décision". Lors de l'audience le 24 mai devant la Cour de cassation, l'avocat général avait préconisé le rejet du pourvoi.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le "Bugaled Breizh" a coulé le 15 janvier 2004.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-