Caen: les personnes ivres devront payer leur transport à l'hôpital

Caen: les personnes ivres devront payer leur transport à l'hôpital

Publié le 28/06/2018 à 14:16 - Mise à jour à 14:27
©Bebert Bruno/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de France-Soir
-A +A

A Caen, en Normandie, les personnes en état d'ébriété devront payer leur transport jusqu'à l'hôpital dès "début juillet". La mairie a voté cette mesure lundi pour lutter contre la recrudescence de ces transports, effectués par la police municipale, sources de grosses dépenses.

Face à l'état d'ivresse sur la voie publique, la mairie de Caen a pris une décision drastique. Dès "début juillet", le transport à l'hôpital des personnes en état d'ivresse leur seront directement facturés.

La décision a été prise lundi 25 par le conseil municipal de la ville normande. En plus d'une amende de 150 euros, qui correspond à l'infraction d'ivresse sur la voie publique, les contrevenants devront en plus s'acquitter d'une facture de 120 euros.

C'est actuellement la police municipale qui "gracieusement" emmène les personnes passablement alcoolisées jusqu'à la clinique de la Miséricorde, situé en plein centre de la ville.

A voir aussi: Caen - Exhibitions sexuelles, humiliations sexistes et films porno - la justice ouvre une enquête sur les bizutages dans la fac de médecine

En 2017, pas moins de 149 personnes ivres ont bénéficié de ce transport pour être soignées: un coût important pour la municipalité qui ne veut plus financer ces allers-retours. "Cela a généré un coût de 6. 258  euros pour la Ville", a constaté Philippe Laillier, adjoint au maire chargé de la sécurité des personnes et des biens, dans les colonnes de Ouest France.

La ville est l'une des plus étudiantes de la région et est régulièrement le théâtre de grandes soirées très arrosées où les jeunes gens alcoolisés ne connaissent pas toujours leurs limites.

La décision, qui a été prise dans d'autres villes comme Orléans ou Saint-Malo, ne fait cependant pas l'unanimité au sein du conseil municipal. Et les élus de l'opposition notamment tempêtent contre cette nouvelle mesure "individualiste" et "moralement inacceptable" selon le communiste Lillian Bellet et le socialiste Eric Vève.

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La mairie de Caen fera payer le transport des personnes ivres à l’hôpital dès le mois de juillet.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-