"Il sautait sur elle comme sur un trampoline": 100e féminicide à Cagnes-sur-Mer

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

"Il sautait sur elle comme sur un trampoline": 100e féminicide à Cagnes-sur-Mer

Publié le 02/09/2019 à 16:40 - Mise à jour à 16:47
© PHILILPPE HUGUEN / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de France-Soir

-A +A

Une voisine a assité au meurtre d'une jeune femme par son compagnon au pied d'un immeuble dans la nuit de vendredi 30 à samedi 31 à Cagnes-sur-Mer. Elle décrit la violence sourde des coups et l'arrivée tardive des secours. 

Selon les associations qui militent contre les violences faites aux femmes, il s'agit du 100e féminicide de l'année. Le cadavre d'une jeune femme, dissimulé sous un tas d’ordures composé de branchages et d’une couette, a été découvert samedi midi sur un parking situé près de la voie ferré à Cagnes-sur-Mer. Elle aurait été tabassée à mort par son petit ami avec lequel elle comptait rompre.

Ce dernier, âgé de 26 ans, considéré comme le principal suspect, a été interpellé dimanche et placé en garde à vue. Il est toujours entendu par les enquêteurs ce lundi. Les faits ont eu lieu dans la nuit de vendredi à samedi en bas d'un immeuble. Une voisine a assisté à la scène, d'une rare violence et a prévenu les forces de l'ordre.

"J'ai demandé à l'aide une première fois, j'ai raccroché, ensuite j'ai rappelé à nouveau (…) Je suis restée avec eux au téléphone jusqu'à ce que la jeune se fasse assassiner", a témoigné cette femme à France Bleu Azur.

Lire aussi – A la veille du "Grenelle", des militantes demandent un "plan Marshall" contre les violences conjugales

Et de poursuivre son récit glaçant: "Il l'a battue à mort, il sautait sur elle comme sur un trampoline. J'étais en contact avec la police, je leur expliquais tout en leur disant «Mais là c'est fini! Mais vous êtes où? Je la vois plus, elle est morte cette petite, elle est morte!»". Le fils, âgé de 19 ans, de cette femme a tenté d'intervenir mais l'agresseur l'a effrayé en lui disant être armé. Autour d'eux, personne n'a cherché à interrompre le massacre.

Les forces de l'ordre sont arrivés sur place un peu plus tard et n'ont rien constaté, l'agresseur étant parti avec le corps de sa victime. "Les agents pensent que le couple s'est calmé et a quitté les lieux. Après un rapide coup d’œil, ils décident de quitter les lieux", précise la radio.

Le corps sans vie de la jeune femme a été retrouvé le lendemain.

De son côté la police a expliqué que les agents venus sur place ont cherché des personnes en train de se disputer, mais n'ont pas envisagé qu'ils devaient chercher un corps dissimulé dans une impasse. Le temps, visiblement plutôt long de l'intervention, est justifié par d'autres interventions en cours et par la proximité relative d'une patrouille.

Il s'agirait du 100ème féminicide depuis le début de l'année 2019, selon le décompte du collectif Féminicides par compagnons ou ex. Contre 121 en 2018.

Voir:

Paris: rassemblement au Trocadéro pour dénoncer "le 100e féminicide" de l'année

Pour Leila, Marie et les autres: Ernestine Ronai, une pionnière contre les féminicides

Hommage aux victimes de féminicides devant l'hôtel de ville de Paris

Auteur(s): La rédaction de France-Soir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


La voisine décrit la violence sourde des coups et l'arrivée tardive des secours.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-