Cagnes-sur-Mer: deux femmes souhaitent garder un drapeau français à leur balcon

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Cagnes-sur-Mer: deux femmes souhaitent garder un drapeau français à leur balcon

Publié le 08/02/2016 à 15:13 - Mise à jour à 15:15
©Denis Charlet/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Arlette et Anne-Marie sont installées à Cagnes-sur-Mer. Elles ont été sommées par le syndic de leur immeuble de retirer de leurs balcons deux drapeaux français installés après les attentats du 13 novembre.

Deux septuagénaires, habitantes du même immeuble près de Cagnes-sur-mer (Alpes-Maritimes), sont en conflit ouvert avec le syndic de copropriété de leur immeuble. En effet, suite aux attentats de novembre à Paris et à Saint-Denis, elles ont chacune installé sur leurs balcons respectifs un drapeau français, répondant ainsi à l'appel au pavoisement de François Hollande. 

Arlette, 76 ans, et Anne-Marie, 72 ans, ont voulu ainsi montrer leur solidarité "avec toutes ces personnes qui ont été tuées pour rien et ces personnes qui resteront blessées à vie". Simplement, les deux femmes ont reçu ordre du syndic de la résidence Merryland II, au Cros de Cagnes, le 3 février, de retirer leur drapeau qui "modifie l'aspect" de la façade de l'immeuble, ce qui est interdit par le règlement.

Loin de désarmer, les deux femmes sont entré en résistance. Pour Anne-Marie, fille et petite-fille de militaire, c'est le choc: "je suis française, ce sont nos couleurs, ma famille a été décimée en 1914 pour défendre notre liberté, et mon drapeau restera à sa place!", a-t-elle déclaré à France Bleu. Elle a écrit son désarroi au Premier ministre Manuel Valls et s'est rendu, avec Arlette, à la mairie de Cros de Cagnes afin d'écrire une missive à François Hollande, avec le soutien de l'édile.

De son côté, le syndic leur a fait parvenir une lettre qui explique sa décision: "compte tenu des derniers événements nous avons été tolérants et leur avons laissé la possibilité de laisser pendre leur drapeau en façade. Il était temps de revenir à la réalité et de se conformer au règlement de copropriété". Et d'ajouter : "vous pouvez regarder autour de vous et ne devriez pas voir beaucoup de drapeaux en façade". 

Finalement, le président du syndic a reconnu "une maladresse" et accordé aux deux dames le droit de conserver leur drapeau sur leur balcon. 

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Deux septuagénaires, habitantes du même immeuble près de Cagnes-sur-mer (Alpes-Maritimes), sont en conflit ouvert avec le syndic de copropriété de leur immeuble.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-