Calais: 3.450 migrants dans la zone sud de la "Jungle", selon les associations

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Calais: 3.450 migrants dans la zone sud de la "Jungle", selon les associations

Publié le 22/02/2016 à 13:30 - Mise à jour à 13:34
©Philippe Huguen/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Alors que la préfecture de Calais assure que "seuls" 800 à 1.000 migrants vivent dans la zone sud de la "Jungle", que l'Etat veut faire évacuer, des associations estiment qu'il s'agit en réalité de 3.450 personnes, "dont 300 mineurs isolés".

Les associations humanitaires actives sur le camp de la "Jungle" à Calais ont estimé ce lundi 22 février à 3.450 le nombre de migrants vivant dans la zone sud de ce bidonville, que l'Etat veut faire évacuer, contre "800 à 1.000" selon la préfecture. "Sur la partie sud de la +Jungle+, nous avons recensé 3.450 personnes dont 300 mineurs isolés, et sur la zone nord 1.900 personnes dont 100 mineurs isolés", a affirmé Annie Gavrilescu, une bénévole britannique de l'association britannique Help Refugees lors d'un point presse organisé conjointement par de nombreuses associations dans les locaux de l'Auberge des Migrants à Calais. Pour procéder à ce recensement "nous avons divisé la zone en neuf secteurs et une vingtaine d'équipes de deux personnes qui connaissaient bien la +Jungle+ ont compté les migrants tente par tente", a expliqué Annie Gavrilescu, qui a dirigé cette opération.

Lors de ce point presse, les associations ont insisté sur la situation des mineurs isolés, "qui n'ont pas la capacité légale à accepter un départ en CAO (centre d'accueil et d'orientation, ndlr)", a expliqué François Guennoc, de l'Auberge des Migrants. Tout en rappelant qu'elles n'étaient pas "pour le maintien du bidonville", elles ont de nouveau demandé à en suspendre son démantèlement, car les solutions proposées par la préfecture ne sont pas, selon elles, "suffisantes". "On n'est pas dans une opposition stérile et idéologique, mais on demande aux autorités (...) de travailler avec les associations pour qu'on puisse mettre en place des solutions pérennes ensemble", a déclaré Vincent De Coninck, bénévole au Secours Catholique.

Selon lui, "beaucoup de migrants ne veulent pas aller en CAO, car n'ayant pas renoncé à leur projet de rejoindre l'Angleterre, ils ne veulent pas quitter Calais. Par ailleurs, les places dans les conteneurs ne sont pas suffisantes", a-t-il dit. Ainsi, "ces expulsions risquent d'entrainer le déplacement des migrants vers d'autres camps dans la région, ce qui ne ferait que déplacer le problème", a-t-il affirmé.

Le 12 février, la préfecture a demandé aux "800 à 1.000" migrants de la moitié sud du bidonville, selon ses chiffres, d'évacuer les lieux d'ici mardi 20h, faute de quoi les forces de l'ordre interviendraient. Ils ont le choix entre le Centre d'accueil provisoire (CAP) ouvert en janvier dans la partie nord du camp, capable d'accueillir 1.500 personnes dans des conteneurs aménagés, ou différents centres d'accueil et d'orientation (CAO) créés ailleurs en France.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les migrants ont jusqu'à mardi 23 février au soir pour évacuer la moitié sud de la "Jungle" de Calais.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-