Calais: une bagarre éclate entre des migrants lors d'une distribution de repas, quatre blessés à l'arme blanche

Calais: une bagarre éclate entre des migrants lors d'une distribution de repas, quatre blessés à l'arme blanche

Publié le 22/09/2017 à 08:23 - Mise à jour à 08:24
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Sept migrants ont été blessés jeudi dans une rixe survenue dans le centre-ville de Calais, alors qu'une association distribuait des repas. Quatre personnes ont été atteintes par arme blanche. Transportées à l'hôpital, leurs jours ne sont pas en danger. La police est intervenue pour rétablir le calme mais n'a procédé à aucune interpellation.

Sept migrants ont été blessés jeudi 21 au soir à Calais lors d'une rixe qui a éclaté en centre-ville, place de Norvège, où une association distribuait des repas aux réfugiés. Quatre d'entre eux ont été atteints à l'arme blanche, selon une information de La Voix du Nord. Ils ont été rapidement admis à l'hôpital le plus proche pour être soignés. Mais leur pronostic vital n'est pas engagé.

Les migrants étaient une quarantaine au moment de la distribution des repas quand de vives "tensions interethniques", thèse privilégiée par les autorités pour expliquer la bagarre, sont survenues. La police est intervenue rapidement pour apaiser la situation mais n'a procédé à aucune interpellation.

Selon un bénévole de l'association "l'Auberge des migrants", ces tensions entre réfugiés ont commencé au début de la semaine avec l'arrivée d'un groupe de Soudanais, descendus de Belgique.

A noter que si les membres de l'association ont choisi de distribuer des repas dans cet endroit de la ville, malgré l'interdiction du tribunal administratif de Lille, c'est parce que les bénévoles ont été priés de libérer le précédent site qui était sur le quai Andrieux, derrière l'Hôtel de Ville.

Depuis le démantèlement de la "jungle" de Calais en novembre dernier, les rixes entre migrants sont malheureusement devenues monnaie courante.

Fin août, les tensions ont atteint leur paroxysme. Des bagarres nocturnes entre Afghans et Africains ont impliqué jusqu'à 200 personnes, faisant une vingtaine de blessés légers. Les journées n'étaient pas non plus beaucoup plus calmes. Des renforts policiers ont été mobilisés sur place pour éviter l'escalade des violences.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La police a dit retenir "la thèse de tensions interethniques" pour expliquer la rixe entre migrants qui a éclaté jeudi soir à Calais.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-