Calais: le retour précoce de migrants bravant le froid

Calais: le retour précoce de migrants bravant le froid

Publié le 20/01/2017 à 13:14 - Mise à jour à 13:16
©Philippe Huguen/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
-A +A

Malgré le grand froid, les tentatives de rallier la Grande-Bretagne sont de nouveau nombreuses à Calais. Nombreux sont les migrants (dont beaucoup d'Erythréens) qui reviennent près de la "Jungle", pourtant démantelée fin 2016.

Des Erythréens encadrés par les gendarmes à la gare, des silhouettes encapuchonnées en procession aux abords de la rocade portuaire, des fourgons de CRS qui tournent pour les débusquer... A Calais, une soirée en maraude confirme de nouvelles arrivées de migrants, trois mois après le démantèlement de la "Jungle".

"Ca va être une grosse nuit!", s'exclame Gaël Manzi avant de donner des sacs de couchage, du thé bien chaud et de la nourriture à un groupe de jeunes Erythréens abordés tout près de l'ancien bidonville où vivaient plusieurs milliers de migrants.

Cela fait trois semaines que le coordinateur de l'association Utopia 56 observe à nouveau les déambulations nocturnes de migrants espérant rallier la Grande-Bretagne.

Les Erythréens, totalement emmitouflés pour n'offrir aucune prise aux morsures d'un froid glacial, reçoivent bien volontiers l'aide de Gaël et ses comparses, qui effectuent désormais une maraude quotidienne.

Utopia 56 prend le signalement et le numéro de téléphone de chaque migrant rencontré. "Âge? 15 ans", répond Yemani. L'adolescent dit venir, comme ses compagnons déjà repartis vers les fourrés, du Centre d'accueil et d'orientation dédié aux mineurs (CAOMI) du Havre.

"C'est la débandade aux CAOMI du Havre et de Marseille. On leur a promis qu'ils iraient en Angleterre et ça n'a pas été respecté, donc ils sont très remontés", croit savoir Gaël.

Non loin circulent des fourgons de CRS et une voiture de la brigade anti-criminalité. Quelques minutes plus tard, l'un d'eux s'arrêtera à hauteur des jeunes Erythréens pour les interpeller et probablement les envoyer à Saint-Omer (Pas-de-Calais) -si le centre n'affiche pas complet.

Rien de comparable encore avec le spectaculaire jeu du chat et de la souris de l'an dernier sur la rocade portuaire, lorsque des barrages étaient érigés pour stopper les semi-remorques. Mais le sentiment de déjà-vu est indéniable. "On est revenus à la situation d'il y a quatre ans, quand il n'y avait ni camp ni accueil... sauf qu'il y a beaucoup plus de policiers!", observe François Guennoc, vice-président de l'Auberge des migrants, qui participe à la maraude.

En cette période de grand froid, l'associatif en veut plus que jamais au gouvernement de n'avoir pas respecté la promesse de créer "des dispositifs de prise en charge des migrants qui reviendraient à Calais", prononcée par Bernard Cazeneuve le 7 novembre.

A la gare du centre de Calais, les forces de l'ordre guettent les arrivées de migrants en provenance de Lille ou Paris. A 18h30, cinq Erythréens, les yeux hagards, sont appréhendés par des gendarmes mobiles. "C'est juste un contrôle", tempère l'un d'eux tandis que Gaël voudrait faire passer de la nourriture. Un peu plus tard, selon les gendarmes, ils seront amenés à la Police aux frontières (PAF), avant un éventuel placement en centre de rétention administrative.

Deux jeunes migrants s'avancent sur le parking en direction de la voiture de maraude: "On peut avoir des sacs de couchage?" Gaël les reconnaît: "Vous n'en avez pas déjà eu la dernière fois? -Si, mais on les a donnés à des copains".

En sirotant son thé brûlant, Jonathan raconte: "Je viens d'Erythrée. J'ai traversé la Méditerranée. Etait-ce dangereux? Bien sûr, mais que veux-tu faire, c'est le seul moyen de traverser! Ensuite, on a été à Paris avec sept amis. Et là je suis à Calais depuis un mois. Je dors où je peux, je change souvent d'endroit pour me protéger de la pluie... et me cacher des policiers".

Le jeune homme confie avoir déjà été placé une fois à Saint-Omer, avant de revenir à Calais. "Je veux aller en Angleterre, en plus j'ai entendu que dix gars étaient passés la semaine dernière!"

Ce retour si précoce de migrants à Calais, malgré le froid, surprend les humanitaires. En cette nuit de janvier, la maraude d'Utopia 56 en aura rencontré 13 en moins de deux heures.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La "Jungle" de Calais a été démantelée fin 2016. Depuis, les migrants ne s'y aventuraient plus trop. Mais c'est de nouveau le cas. La différence? Il y a beaucoup plus de policiers qu'avant pour surveiller le site.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-