Calais: un migrant tué sur la rocade, probable délit de fuite

Calais: un migrant tué sur la rocade, probable délit de fuite

Publié le 22/12/2017 à 10:12 - Mise à jour à 10:19
©Pascal Rossignol/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Un migrant, probablement d'origine afghane, a été tué jeudi soir sur la rocade menant au port de Calais. Les enquêteurs privilégient la piste d'un accident de la route suivi d'un délit de fuite. Il s'agirait du troisième migrant tué dans ces conditions en 2017.

Nouveau drame de l'immigration autour de Calais. Un homme a trouvé la mort dans la nuit de jeudi 21 à ce vendredi 22 sur la rocade menant au port, et à l'espoir d'un passage vers l'Angleterre pour des centaines de migrants encore présents dans le secteur.

La victime, dont l'âge n'a pas été dévoilé, pourrait être de nationalité afghane, selon les premières informations dévoilées par la préfecture.

Lire aussi: Un an après la "jungle", les passeurs renouvellent leurs modes opératoires

L'enquête de police qui a été ouverte devra déterminer les causes et circonstances du décès. Mais il apparaît que l'homme a été vraisemblablement percuté par une voiture qui aurait ensuite pris la fuite. Un comportement qui pourrait valoir au conducteur une peine de trois à cinq ans de prison en fonction des circonstances du drame, et s'il est retrouvé.

Les accidents impliquant des migrants sont réguliers sur les routes menant à la zone portuaire de Calais depuis maintenant plusieurs années. Beaucoup y tentent de monter à bord de camions à l'arrêt.

Voir: Un migrant meurt percuté par une voiture près de Calais

Au cours des années 2015 et 2016, 33 migrants avaient ainsi trouvé la mort principalement sur des routes et sur le site d'Eurotunnel, en tentant de rejoindre l'Angleterre, selon un décompte officiel. Un chiffre qui semble nettement en baisse en 2017. En août dernier, les autorités ne comptabilisaient "que" deux morts parmis les migrants. Un conducteur Polonais a également été tué alors qu'un barrage avait été dressé sur la route.

Environ 400 à 600 migrants (les chiffres varient entre les autorités et les associations) vivraient dans le secteur, contre près de 10.000 avant le démantèlement de la "Jungle" en octobre 2016.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Une trentaine de migrants ont été tués aux alentours du port de Calais depuis 2015, notamment sur la rocade.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-