Cannabis: les détenus des prisons françaises fument jusqu'à 3 joints par jour

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Cannabis: les détenus des prisons françaises fument jusqu'à 3 joints par jour

Publié le 05/04/2017 à 11:48 - Mise à jour à 11:58
©Jon Santa Cruz/Sipa
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Selon une étude scientifique, les prisonniers français sont de gros consommateurs de cannabis, dans un lieu pourtant surveillé et où les drogues sont interdites (comme à l'extérieur d'ailleurs). Un chiffre gênant montrant que l’administration pénitentiaire est dépassée par le phénomène.

C'est une étude gênante, à la fois au niveau sanitaire sur la condition des détenus en France, que sécuritaire sur la surveillance de ce qui circule derrière les barreaux. Selon une étude publiée par l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies, et lancée à l'origine par la Direction de l'administration pénitentiaire, les détenus français sont largement des consommateurs de cannabis. Et cela à l'intérieur même de leur cellule, où l'usage de la drogue est bien évidemment proscrit en théorie.

Selon les chiffres de l'étude, la consommation moyenne se chiffre dans une fourchette comprise entre 0,5 et 2,8 joints par jour. Autrement dit, le détenu type fume entre un demi joint et trois joints quotidiennement. Et comme il s'agit d'une moyenne, et dans la mesure où tous les détenus ne sont pas des toxicomanes, cela indique clairement que certains occupants des prisons françaises sont de gros consommateur de cannabis.

Et l'administration pénitentiaire semble dépassée par l'ampleur du phénomène. Dans le journal Libération, Jean-Pierre Couteron, le président de la Fédération Addiction (qui réunit des professionnels de la lutte contre la drogue) explique qu'"on sait bien que le cannabis est le premier produit illicite consommé en prison. (...) Mais comme le cannabis est interdit, on fait comme si cela n'existait pas".

L'étude est également notable pour sa méthodologie très particulière. Elle ne repose pas, comme dans de précédentes recherches, sur du déclaratif mais sur l'analyse scientifique des eaux usées de la prison. En effet, ces dernières sont analysées pour retrouver des traces de stupéfiants, ce qui permet d'avoir une vision sans passer par des déclarations parfois erronées ou mensongères des concernés. Inconvénient cependant: la fourchette chiffrée (0,5 à 2,8 joints) reste assez large.

Les analyses ont été menées dans deux prisons d'Ile-de-France et une dans le Centre-Val de Loire. Les chercheurs assurent que le problème de la drogue en prison est quasiment exclusivement centré autour du cannabis. Les autres substances illicites, et notamment la cocaïne ou l'héroïne n'ont été retrouvées que dans des quantités négligeables.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Malgré la surveillance, les prisonniers français parviennent à consommer du cannabis.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-