Cannes: une bombe chimique artisanale explose dans un lycée: pas de blessé

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Cannes: une bombe chimique artisanale explose dans un lycée: pas de blessé

Publié le 09/11/2017 à 18:02 - Mise à jour à 18:21
©Philippe Huguen/AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Une bombe a explosé ce jeudi au lycée Bristol de Cannes, provoquant l'évacuation de l'établissement mais sans faire de blessé. Il s'agirait d'un engin artisanal, probablement fabriqué par un élève à base de produits chimiques. Une enquête a été ouverte.

Le lycée Bristol de Cannes a dû être évacué ce jeudi 9 dans l'après-midi après qu'au moins un engin explosif a été déclenché au sein de l'établissement. Deux détonations auraient été entendues, mais aucun blessé ni aucun dégât matériel ne sont à déplorer. La piste terroriste a d'ores et déjà été écartée et les cours devraient pouvoir reprendre dès vendredi 10.

Selon France 3 PACA qui révèle l'affaire, l'acte malveillant d'un élève serait largement privilégié. La bombe était constituée d'une bouteille en plastique contenant divers produits chimiques. Elle avait été placée dans une cage d'escalier et mise à feu vers 14h50. Le chef d'établissement a donc suivi la procédure en ordonnant l'évacuation.

L'objectif du poseur de bombe amateur semble plutôt avoir été de faire évacuer le lycée ou la simple "gloire" que de faire des blessés. Il n'en risque pas moins une lourde peine. En effet , le code pénal prévoit que"la destruction, la dégradation ou la détérioration d'un bien appartenant à autrui par l'effet d'une substance explosive, d'un incendie ou de tout autre moyen de nature à créer un danger pour les personnes est punie de dix ans d'emprisonnement et de 150.000 euros d'amende". Et si l'engin n'aurait pas fait de dégât, la simple détention ou le transport de substances explosives sont punissables de sept ans d'emprisonnement et de 100.000 euros d'amende.

Une enquête a été ouverte et tous les élèves et enseignants présents ont été fouillés. Des relevés d'empreintes étaient également prévus. Selon le proviseur du lycée, "il s'agit d'un engin bricolé à partir des recettes disponibles sur les réseaux sociaux" et prisé des incendiaires en herbe.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




La piste terroriste a été rapidement écartée.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-