Cap d'Agde: une explosion près d'une discothèque fait un blessé léger après un concert de Maître Gims

  •  FranceSoir a besoin de votre soutien, SIGNEZ LA PETITION !  

Cap d'Agde: une explosion près d'une discothèque fait un blessé léger après un concert de Maître Gims

Publié le 17/08/2017 à 08:40 - Mise à jour à 08:42
©ValeryHache/AFP
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Deux bouteilles de gaz ont explosé près d'une discothèque au Cap d'Agde ce jeudi matin, très tôt, alors que le chanteur Maître Gims était à l'affiche mercredi soir. Une personne a été légèrement blessée.

Un drame a été évité de peu ce jeudi 17 au matin. Au Cap d'Agde, derrière la boîte de nuit du Bora Club, un incendie s'est déclaré au niveau d'un tas de palettes en bois. Les flammes ont ensuite atteint deux bouteilles de gaz qui ont explosé: "Il y a eu un gros boom, une sacrée détonation et une grosse chaleur" a déclaré Valentin, 28 ans, témoin de la scène, à France Bleu Hérault, qui a révélé l'information.

Le jeune homme assure que "des personnes ont reçu des bouts de verre ou de métal" mais il n'y aurait eu qu'un blessé léger selon les pompiers, qui sont intervenus rapidement sur place, alors que la discothèque avait été évacuée, pour éteindre le feu et prendre en charge les éventuelles victimes. A noter que la personne blessée a été soignée sur place et a pu repartir chez elle.

Le Bora Club était bondé toute la nuit en raison de la présence du chanteur Maître Gims, à l'affiche et en représentation dans cette discothèque mercredi 16 au soir. On ne sait d'ailleurs pas s'il était encore présent sur les lieux au moment de l'explosion. Il n'a pas communiqué à ce sujet sur ses réseaux sociaux. Il avait pourtant écrit un message sur son compte Instagram au moment d'embarquer dans son jet privé "direction Cap d'Agde".

 

Direction Cap d'agde "BORACLUB"#FuegoLife

Une publication partagée par Maître GIMS (@maitregims) le

16 Août 2017 à 11h40 PDT

A cause du monde, plusieurs personnes ont été refoulées à l'entrée de la boîte de nuit. Ce qui a laissé penser à Valentin, le témoin, qu'il "y a peut-être eu des représailles de gens qui se sont fait refuser l'accès à la discothèque".

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


Maître Gims était à l'affiche du Bora Club, en "booking" (représentation), mercredi soir, quelques heures avant l'explosion.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-