Cap-Vert: un fusillade fait 11 morts sur une base militaire, l'état d'alerte déclenché

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance, faites un don !

Cap-Vert: un fusillade fait 11 morts sur une base militaire, l'état d'alerte déclenché

Publié le 27/04/2016 à 09:48 - Mise à jour à 09:58
©Wikimedia Commons
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Onze hommes, dont huit militaires, ont été tués par balles mardi au Cap-Vert dans un centre de télécommunications militaire au nord de la capitale, Praia, ont annoncé les autorités, soulignant qu'un soldat porté manquant était fortement soupçonné.

Le petit archipel du Cap-Vert est en état d'alerte ce mercredi 27 suite à une violente fusillade qui a eu lieu sur une base militaire mardi 26 à Monte Tchota, au nord de la capitale du pays, Praia sur l'île de Santiago. Huit militaires, deux techniciens espagnols et un civil cap-verdien ont été tués. Un bilan confirmé dans la soirée par le gouvernement qui précise que les victimes, tuées par balles, sont de "sexe masculin, âgées de 20 à 51 ans".

Un porte-parole du ministère espagnol des Affaires étrangères a confirmé la mort de deux Espagnols dans la fusillade, sans autre précision.

L'archipel a été placé en état d'alerte maximum pour tenter de retrouver l'auteur de cette terrible attaque. "Un soldat qui travaille dans ce centre militaire est porté disparu et il y a de forts indices qu'il soit l'auteur de cette attaque", ont souligné les autorités capverdienne. Appelant "la population au calme et à la sérénité", le gouvernement "précise que contrairement à des rumeurs qui ont couru, il n'y a pas eu de fusillade dans la ville de Praia et que les aéroports fonctionnent normalement, aucun aéroport n'a été fermé".

Contrairement à ce qu'ont relayé certains médias du pays, la fusillade ne semble pas être liée à des représailles suite aux récentes saisies de drogue sur l'archipel par l'armée. La thèse de l'attentat est également écartée.

Après cette attaque, a été constatée la disparition de neuf fusils et de munitions, retrouvés quelques heures plus tard dans une voiture qui se trouvait dans une zone d'habitation à Praia.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Onze hommes, dont huit militaires, ont été tués par balles mardi au Cap-Vert dans un centre de télécommunications militaire au nord de la capitale, Praia.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-