Capendu: un cimetière profané, des squelettes volés… mais pas leurs crânes

Capendu: un cimetière profané, des squelettes volés… mais pas leurs crânes

Publié le 31/05/2017 à 17:47 - Mise à jour à 17:53
©Capture d'écran Google Street View
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Ce mercredi matin, les forces de l'ordre se sont rendus au cimetière de Capendu dans l'Aude pour constater la profanation d'un caveau familial. Deux cercueils ont été vidés des squelettes de leurs occupants, mais les crânes ont été laissés sur place. Les autorités ont écarté l'hypothèse de pilleurs d'objets de valeur.

C'est un fait divers qui laisse perplexe les autorités. Une résidante du village de Capendu, à l'est de Carcassonne dans l'Aude, a découvert ce mercredi 31 au matin, en allant se recueillir sur la tombe d'un proche au cimetière de la commune de 1.500 habitants, deux crânes disposés de manière tout à fait visible à l'entrée des lieux.

Selon La Dépêche du Midi, cette femme a averti les forces de l'ordre quelques minutes après avoir constaté la profanation. Des agents se sont rapidement rendus sur place et sont partis à la recherche des tombes souillées. Ils ont découvert que ces crânes provenaient d'un tombeau familial où deux cercueils avaient été ouverts à coups de pied de biche. Et si les crânes ont été exposés, les squelettes ont eux disparu.

Les enquêteurs ne se sont focalisés sur aucune hypothèse en particulier mais Sébastien Gay, commandant du groupement de gendarmerie de l’Aude, a assuré que "seule la profanation à caractère raciste ou religieux devrait être a priori écartée, en raison de l’absence d’inscription dans le cimetière".

Ils ne pensent pas non plus qu'il puisse s'agir de pilleurs de cercueils qui recherchent des objets de valeurs qui peuvent souvent accompagner leurs propriétaires jusque dans la tombe. Cette hypothèse a été écartée car le tombeau profané appartenait à un couple d'origine modeste et espagnole.

L'enquête pour profanation, confiée à la brigade de gendarmerie de Trèbes, la brigade de recherche de Carcassonne et un renfort de l’investigation criminelle, se poursuit donc à partir de ces premiers éléments. A noter que les voleurs de squelettes étaient visiblement plusieurs.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Deux squelettes d'un couple d'origine espagnole ont été volés au cimetière de Capendu dans l'Aude. Mais leurs crânes ont été laissés sur place.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-