Carnaval de Rio de Janeiro: un 3e accident en deux jours, l'organisation pointée du doigt

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Carnaval de Rio de Janeiro: un 3e accident en deux jours, l'organisation pointée du doigt

Publié le 28/02/2017 à 14:46 - Mise à jour à 14:55
© Vanderlei ALMEIDA / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

L'organisation du carnaval de Rio de Janeiro est pointée du doigt pour avoir maintenu les célébrations malgré les accidents à répétition. Ce mardi, onze personnes ont été blessées après l'effondrement d'une plates-formes sous le poids des danseurs.

La fête a de nouveau été gâchée ce mardi 28 à Rio de Janeiro. Alors que la ville brésilienne vibre au rythme de son célèbre carnaval, les célébrations ont de nouveau été ternies par deux accidents lors du défilé des écoles de samba.

Onze personnes ont été blessées, et neuf ont été hospitalisés, dont deux dans un état grave, après l'effondrement d'une plate-forme sous le poids des danseurs, lors du défilé d'Unidos da Tijuca, la quatrième à évoluer dans le sambodrome, une avenue de 700 mètres bordée de gradins à ciel ouvert. Huit personnes en état de choc ont aussi été prises en charge par les services de santé.

Détail hallucinant, le spectacle a continué malgré l'incident grave qui venait de se dérouler. Alors que les pompiers et les services de secours intervenaient sur le char pour prendre en charge les blessés, ce dernier a continué le parcours prévu par les organisations sous les vivats de la foule alors que des danseurs et danseuses indemnes mais choqués se trouvaient encore, hagards ou en pleurs, sur la structure.

Une volonté de voir le spectacle continuer de la part de l'organisation qui a été pointé du doigt par les témoins de la scène et une partie du public. "J'étais sur la plate-forme du char, sur le côté gauche, et tout d'un coup, j'ai vu le côté droit s'effondrer", a témoigné auprès de l'AFP Raissa Ribeiro, danseuse tout juste sortie du véhicule, en pleurs. "Les gens sont tombés à l'intérieur du char et certains sont restés coincés dans la ferraille", a-t-elle expliqué.

"Ces choses arrivent mais les questions de sécurité doivent être revues. Quand on parle du carnaval, c’est du sérieux. On travaille toute l'année donc quand il arrive une chose comme ça, tout le monde est en colère", enrageait Washington Luis, membre de l'école Unidos da Tijuca.

D'autant que ce tragique accident est le 3e en deux jours. Dimanche 26, les conducteurs ont perdu le contrôle du char, sous la pluie fine qui tombait sur Rio, et les victimes se sont retrouvées coincées entre le grillage et le véhicule. Une vingtaine de personnes ont été blessés. Là encore, malgré la panique générale, les organisateurs ont décidé que le spectacle "devait continuer" et ont fait en sorte que l'inspection du char ne se fasse qu'après le défilé.

Un autre incident, sans gravité, s'est produit avec un char de l'école Mocidade, la troisième à défiler dans la nuit de lundi 27 à ce mardi 28. Une femme a fait une chute d'environ un mètre cinquante, quand une structure du char en forme de fromage s'est effondrée. L'image était impressionnante, mais la danseuse s'en est sortie indemne, avec juste une belle frayeur.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Onze personnes ont été blessées, et neuf ont été hospitalisés, dont deux dans un état grave.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-