Cazeneuve visite l'église de Fontainebleau, cible d'un incendie criminel "abject"

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP
Publié le 12 janvier 2016 - 09:58
Image
Bernard Cazeneuve s'est rendu sur place.
Crédits
©Matthieu Alexandre/AFP
"La République porte, au nom de la laïcité, des valeurs de respect, de tolérance, de liberté de croire ou de ne pas croire", a rappelé Bernard Cazeneuve.
©Matthieu Alexandre/AFP
Bernard Cazeneuve s'est rendu lundi à l'église de Fontainebleau partiellement détruite par un incendie d'origine criminelle dans la nuit de samedi à dimanche. Il s'y est dit "très choqué par la dimension symbolique de cet acte abject".

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve s'est dit "choqué" et a dénoncé un "acte abject", lors de sa visite lundi 11 au soir dans l'église Saint-Louis de Fontainebleau (Seine-et-Marne) incendiée pendant le week-end.

"On est très choqué par la dimension symbolique de cet acte abject", a déclaré le ministre, venu constater les dégradations dans la paroisse Saint-Louis du centre-ville de Fontainebleau. Dans la nuit de samedi 9 à dimanche 10, trois foyers d'incendie ont été allumés dans l'église, provoquant des dégâts matériels, dont du mobilier historique classé.

Le ministre a tenu à témoigner "sa solidarité" à la communauté catholique locale et à réaffirmer "la détermination" de son administration "à protéger tous les lieux de culte dans un contexte d'irrespect, de violences et de menaces".

"La République porte, au nom de la laïcité, des valeurs de respect, de tolérance, de liberté de croire ou de ne pas croire", a rappelé le ministre. "Et elle défend, pour ceux qui croient, la possibilité de ne jamais voir ce qu'ils considèrent sacré attaqué par des individus qui ne respectent rien", a-t-il ajouté. "On peut parler de profanation car ils ont renversé des hosties par terre et le ciboire a été volé", a rapporté le curé de la paroisse, José Antonini. "On est blessé évidemment, mais notre vocation première c'est d'être, dans le cadre de la République, un lieu de paix, de prière, de réconciliation", a ajouté le prêtre corse de 61 ans.

La ministre de la Culture, Fleur Pellerin, a dénoncé dans un communiqué "les destructions et la disparition de plusieurs objets (...) classés ou inscrits au titre des monuments historiques". "Porter atteinte à ces objets, c'est aussi s'attaquer à l'art et à l'histoire", a ajouté la ministre. Ces œuvres "doivent être préservées et transmises aux générations futures".

Un autel du XVIIe siècle, qui appartenait autrefois au château de Fontainebleau, a été détruit par le feu. Une Vierge à l'Enfant polychrome du XIVe siècle, dite de Notre-Dame-de-Flanchard, a disparu, brûlée ou volée.

Le maire de la ville, Frédéric Valletoux (DVD) a dit espérer que les coupables seront rapidement identifiés car "beaucoup d'amalgames et de raccourcis, qui n'ont pas lieu d'être dans le contexte actuel, traînent sur les réseaux sociaux". L'enquête a été confiée à la police judiciaire de Versailles.

La France compte 45.000 églises catholiques -un certain nombre sans activité cultuelle-, auxquelles s'ajoutent 4.000 temples protestants et 150 édifices orthodoxes.

 

À LIRE AUSSI

Image
Des pompiers sur les lieux d'un incendie.
Seine-et-Marne: incendies dans deux églises, la préfecture appelle à une "vigilance accrue"
Deux églises de Seine-et-Marne ont été la proie des flammes, dimanche dans les communes limitrophes de Fontainebleau et Veneux-les-Sablons. Si pour cette dernière il s...
11 janvier 2016 - 09:44
Société
Image
Devant l'église de Fontainebleau.
Fontainebleau: incendie criminel dans une église, peut-être des "profanations"
L'église de Fontainebleau, en Seine-et-Marne, a été la cible d'un incendie, ce dimanche matin. Les pompiers ont constaté plusieurs départs de feu, signe d'un acte volo...
10 janvier 2016 - 18:38
Société