Chambéry: un policier condamné à trois ans de prison pour avoir frappé un marginal

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Chambéry: un policier condamné à trois ans de prison pour avoir frappé un marginal

Publié le 06/03/2015 à 11:24 - Mise à jour à 14:05
©Charles Platiau/Reuters
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): VL
-A +A

Un policier de la Brigade anti-criminalité a été condamné ce vendredi à trois ans de prison pour des violences commises lors d'une intervention. La victime qu'il était accusé d'avoir frappée est aujourd'hui lourdement handicapée.

Le parquet avait réclamé deux ans de prison ferme, les juges ont été plus sévères. Un policier a été condamné à trois ans de prison ce vendredi pour avoir frappé un homme durant une interpellation en 2010, provoquant de graves séquelles.

Le fonctionnaire, membre de la BAC (Brigade anti-criminalité) avait été appelé en avril 2010 à Chambéry (Savoie) pour calmer une rixe entre individus en état d'ébriété. Durant l'intervention, Mickaël, un marginal de 29 ans à l'époque, est frappé à plusieurs reprises et jeté à terre par le policier.

Il sombre dans un long coma dont il se réveillera handicapé à vie, paralysé du côté droit. "J'ai besoin d'une aide quotidienne pour vivre. Il n'y a rien dans ma vie. Je me bats pour ma famille", a-t-il déclaré ce vendredi avant le jugement à RTL. "Il (le policier) fait son boulot n'importe comment. J'étais allongé par terre, le sang coulait. (…) Je respecte la police. Mais là, c'est une bavure".

Le policier a été condamné à trois ans de prison ferme par le tribunal correctionnel de Chambéry pour "violences avec arme par personne dépositaire de l'ordre public". Il a également fait l'objet d'une interdiction d'exercer le métier de policier.

"Le tribunal a indiqué que mon client était clairement une victime. Or cela était loin d'être évident. Cela faisait cinq ans que l'on se bagarrait pour le faire reconnaître", a déclaré l'avocat de la victime, Me Olivier Connille, cité par Ouest France.

La peine maximum pour des violences ayant entrainé une infirmité permanente est de 10 ans de prison, 15 lorsqu'elles sont commises sur ou par un une personne dépositaire de l'autorité publique dans l'exercice de ses fonctions.

 

 

Auteur(s): VL

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Suite à l'intervention du policier, la victime a sombré dans le coma et est aujourd'hui handicapée.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-