Champigny-sur-Marne: les témoignages des deux policiers violemment tabassés par des jeunes

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Champigny-sur-Marne: les témoignages des deux policiers violemment tabassés par des jeunes

Publié le 05/01/2018 à 07:25 - Mise à jour à 07:27
© DENIS CHARLET / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Deux policiers ont été violemment frappé le soir du Nouvel An à Champigny-sur-Marne. "Le Parisien" a pu consulter leurs témoignages qui rapportent de la violence des coups portés.

Les enquêteurs en charge des investigations concernant l'affaire des deux policiers tabassés le soir du Nouvel An à Champigny-sur-Marne tentent toujours ce vendredi 5 d'identifier précisément les jeunes qui ont porté les coups aux fonctionnaires.

Le Parisien a pu consulter les plaintes déposées par les deux représentants des forces de l'ordre qui témoignent de la violence qui a eu lieu ce soir-là, après qu'une fête a été annulée, la faute à une trop grosse affluence. Laurie, la gardienne de la paix de 25 ans, arrivée sur place en premier avec un collègue y explique qu'elle "est incapable de dire combien de temps ses agresseurs se sont acharnés sur elle".

Lire aussi - Policiers agressés à Champigny: le retour des peines plancher?

"Je me suis protégée avec les mains et me suis roulée en boule. J'ai pris des coups au visage, au ventre et sur les jambes", souligne la jeune femme qui raconte également "se souvenir que quatre personnes lui ont prêté assistance, deux garçons et deux filles". Et d'ajouter: "Ils m'ont portée et m'ont amenée jusqu'à un véhicule de collègues stationné à proximité". Prise en charge par les renforts de police arrivés sur place, elle est évacuée à l'hôpital Saint-Camille de Bry-sur-Marne. Souffrant de nombreuses contusions au visage, elle s'est vu prescrire un arrêt de travail de 8 jours.

De son côté, le capitaine qui l'accompagnait a également raconté comment il avait été passé à tabac. "Nous marchions de front, lorsque j'ai reçu un violent coup dans le dos, porté par un manche en bois, de type manche de pioche. Mon gilet pare-balles a absorbé une partie du choc et j'ai réussi à maintenir mon équilibre", a-t-il écrit dans sa plainte. Il est alors frappé à au moins deux reprises par ses assaillants, notamment au visage. "Cinq ou six personnes extrêmement belliqueuses se sont alors avancées vers moi. Le premier était toujours menaçant, j'ai sorti mon arme de service", a-t-il ajouté, un geste salvateur qui fait fuir ses agresseurs. Egalement secouru par ses collègues, il a été transporté à l'hôpital où huit jours d'ITT lui ont été prescrits.

Voir également - Agression de policiers à Champigny: une deuxième enquête ouverte sur l'organisation de la soirée

Une deuxième enquête a été ouverte sur les conditions d'organisation de la soirée en marge de laquelle les deux policiers ont été violemment agressés dimanche à Champigny-sur-Marne, alors que les syndicats demandent des mesures face au "sentiment d'impunité" des agresseurs de policiers. Ouverte mardi 2 au soir pour "mise en danger de la vie d'autrui" et "ouverture au public d'un établissement sans autorisation", elle vise à identifier formellement les organisateurs de la fête et déterminer les failles dans la sécurité.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.



PARTAGER CET ARTICLE :


"Le Parisien" a pu consulter les plaintes déposées par les deux représentants des forces de l'ordre qui témoignent de la violence des agresseurs.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-