Chartres: un ancien avocat émérite jugé pour viol et agressions sexuelles

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Chartres: un ancien avocat émérite jugé pour viol et agressions sexuelles

Publié le 12/06/2017 à 17:11 - Mise à jour à 17:22
© MIGUEL MEDINA / AFP/Archives
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Sidney Amiel, ancien ténor du barreau de Chartres, comparait devant la cour d'assises des Yvelines jusqu'au 23 juin prochain. L'homme est accusé de viol et d'agressions sexuelles par cinq femmes, anciennes collaboratrices ou clientes. De plus, il comparait aussi pour des attouchements sur sa belle-fille de l'époque, alors mineure.

Un ancien avocat du barreau de Chartres, dans l'Eure-et-Loir, comparait jusqu'au 23 juin prochain devant la cour d'assises des Yvelines. Sidney Amiel est accusé de viol et d'agressions sexuelles par cinq femmes, anciennes clientes ou collaboratrices. En outre, il est accusé d'attouchements sexuels sur sa belle-fille de l'époque qui était alors mineure. La première plainte remonte à 2010. 

L'homme âgé d'une soixantaine d'année a nié toutes les accusations en bloc et a soupçonné "un complot policier, professionnel et antisémite" qui prendrait racine au sein même du barreau de Chartres. "Mon client conteste farouchement l'intégralité des faits qui lui sont reprochés" a d'ailleurs affirmé Me Landon, chargé de défendre Sidney Amiel.

Dans leurs dépositions, toutes les victimes ont décrit des caresses ou encore des baisers imposés, sans parler des plaisanteries malsaines ou autres propositions. A en croire les accusatrices, la photocopieuse était l'un de ses endroits de prédilection où il procédait régulièrement à des attouchements. L'une des femmes a même parlé de pénétration forcée. Au moment des faits, le cabinet prospère de Me Amiel connaissait d'ailleurs un étonnant "turnover" de jeunes collaboratrices.

Durant le procès, l'avocat aux multiples victoires et divorcé deux fois s'est décrit comme un homme "amoureux" des femmes qui ont partagé sa vie. Cependant, il assume avoir été volage à de maintes reprises. Le portrait n'est pas le même pour l'une de ses ex-femmes qui n'a pas mâché ses mots et l'a présenté comme un "manipulateur" et un "pervers sexuel".

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le procès de Sidney Amiel durera jusqu'au 23 juin prochain.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-