Indre: début du procès d'un Roumain suspecté d'avoir violé et laissé pour morte une enseignante

Indre: début du procès d'un Roumain suspecté d'avoir violé et laissé pour morte une enseignante

Publié le 16/11/2017 à 13:02 - Mise à jour à 13:59
©Michael Coghlan/Flickr
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Depuis mercredi, le procès d'un ressortissant roumain a débuté à huis clos à Châteauroux dans l'Indre. Il est accusé d'avoir violé puis laissé pour morte une institutrice d'une cinquantaine d'années en juin 2016.

"Ma cliente est encore traumatisée", a expliqué l'avocat d'une institutrice d'une cinquantaine d'années violée puis laissée pour morte en juin 2016. Le procès de l'individu soupçonné de l'avoir violentée a débuté mercredi 15 à huis clos au Palais de justice de Châteauroux (dans l'Indre).

L'homme à la barre est un Roumain de 38 ans qui risque la réclusion criminelle à perpétuité.

Les faits remontent à juin 2016. Une nuit, et ce durant près de trois heures, l'enseignante a été violée et frappée au visage et au thorax par son agresseur entré par effraction chez elle. Elle a été retrouvée le soir-même par une amie.

Dénudée et couverte de sang, elle était entourée de linge, de sacs et de livres ensanglantés selon France Bleu Berry. "Elle a perdu la totalité de ses biens car tout a été rempli de sang dans son appartement", a indiqué l'avocat de la victime.

Mais pour le suspect, il n'y a pas eu de viol et il a "seulement" commis un cambriolage qui a mal tourné. L'homme est un récidiviste: il a déjà été condamné dans des affaires de vols et de violences en Italie, Suisse, aux Pays-Bas et même en France.

Voir aussi: Tours: un père de deux enfants arrêté pour des viols, il assure que les victimes étaient "consentantes"

La victime, fervente catholique qui avait même fait vœu de chasteté, ne se souvient pas de l'agression avec précision, en raison du violent traumatisme que le viol lui a causé. "Elle se souvient s'être endormie et s'être réveillée à l'hôpital", a expliqué Me Berquez, son avocate.

Toujours très choquée malgré tout, la victime a déménagé dans une autre région mais était tout de même présente dès le début du procès.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Le procès d'un Roumain suspecté du viol d'une enseignante a débuté au Palais de justice de Châteauroux.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-