Cheminots et étudiants envahissent les gares parisiennes (vidéo)

  •  Vous appréciez FranceSoir, soutenez son indépendance !  

Cheminots et étudiants envahissent les gares parisiennes (vidéo)

Publié le 07/05/2018 à 16:05 - Mise à jour à 16:10
© Lionel BONAVENTURE / AFP
PARTAGER CET ARTICLE :
Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr
-A +A

Après avoir tenté ce lundi de faire irruption dans la gare Montparnasse, des cheminots grévistes, rejoints rapidement par des étudiants, ont manifesté devant la gare de l'Est puis ont pris la direction de gare du Nord. Le climat était très tendu entre les forces de l'ordre et les manifestants.

Une foule de manifestants, dont plus d'une centaine de cheminots grévistes du syndicat Sud-Rail, ont tenté de faire irruption dans la gare Montparnasse à Paris ce lundi 7 en début d'après-midi. Ils ont été reçus par une horde de CRS qui se sont alignés et ont levé leurs boucliers pour empêcher l'attroupement de se transformer en blocage et en troubles plus conséquents.

Les CRS ont fait usage de leurs matraques et de gaz lacrymogènes pour repousser les belligérants.

Le trafic SNCF n'a apparemment pas été impacté mais des voyageurs ont eu peur face à tout ce monde. Les manifestants étaient munis de fumigènes et scandaient des chants hostiles à la police: "Tout le monde déteste la police", "cassez-vous", "cheminots en colère, on ne va pas se laisser faire".

Peu après 14h30, la manifestation s'est dispersée, mais quelques CRS sont restés postés encore une demi-heure devant la gare, avant de lever le camp.

Lire aussi: Grève SNCF - injustifiée pour la majorité des Français

Repoussés de cette première gare, les cheminots grévistes ont ensuite appelé les étudiants à les rejoindre au nom de la convergence des luttes puis ont pris la direction de gare de l'Est et de gare du Nord pour continuer à manifester sous forme de "flash mob".

Alors que le Premier ministre Edouard Philippe venait de rencontrer à Matignon les représentants de syndicats de cheminots, les manifestants n'avaient qu'un seul mot à la bouche: "Retrait". Ils ne veulent pas entendre parler d'une modification, d'un ajustement ou d'une finalisation du pacte ferroviaire. Ils ne veulent pas de cette réforme.

Et aussi: Grève SNCF mai 2018 - les jours fériés concernés (calendrier)

Ces tensions surviennent à la veille du huitième épisode de grève perlée qui commence ce lundi soir à 20h et doit se terminer jeudi 10 à 8h du matin.

Pour l'heure, le calendrier de la grève perlée court jusqu'au 28 juin. Mais la question demeure quant à une poursuite du mouvement pendant les grandes vacances. Guillaume Pepy, président de la SNCF, a assuré qu'il n'y aurait pas de grève cet été car "les cheminots sont des gens responsables". Il jugeait également fin avril que "la grève s'érode lentement". Mais face à des négociations stériles, les syndicats étudieraient la possibilité de poursuivre le mouvement au-delà du mois de juin.

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

PARTAGER CET ARTICLE :

Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




Les cheminots grévistes ont tenté une opération coup de poing dans les gares parisiennes ce lundi après-midi.

Newsletter


Fil d'actualités Société




Commentaires

-